Juan Branco : « Abattre l’ennemi »

PDF

Je loue, rend grâce (félicite et/ou remercie) cette personne d’avoir réussi à (avoir eu la patience de) pénétrer les « hautes sphères » (le beau monde et/ou linge) sans avoir pour autant déteint … Afin de pouvoir ensuite s’en extraire ou devrai-je écrire pouvoir extraire la ressource que le « commun des mortels » (les personnes dans le devoir c’est à dire bien dans la merde, le flou et/ou l’ombre de ces personnalités hautes en couleurs) n’avaient pas accès, pour continuer à rester dans l’ombre c’est à dire bien autours ou en bas de ce qui pouvait ainsi se moquaient ! Du monde (s’étendre, enfler) … Se moquer de leur avenir (devenir) tout en jurant pourtant le contraire afin de continuer à demander la CONFIANCE … Pour continuer à avoir concrètement ce retour (ce sentiment d’être « à part », d’incarner et/ou d’être le « pouvoir » ; c’est tellement divin).

Il aurait été plus facile de « s’enrichir » (de se faire une raison et/ou de fermer les yeux).

Sans cette ressource (éclairage), les gens seraient restés dans le doute (flou) pour donner raison à ce qui se serait alors renforcer dans le temps … Pour Faire quoi à votre avis de votre temps et de votre énergie ? Puisque ces présences (se) seraient (encore + « enrichies ») ressorties pour la vôtre comme étant « pilier » et/ou nécessaire à votre vie (sentiment d’appartenance).

Il s’agissait bien de (dé-)possession, d’extraire la ressource de ce qui leur servait (revenait dans ce sens) et/ou d’exploitation à l’échelle planétaire (d’enjeux financier) pendant qu’une légende était contée afin que les présences à l’origine de ça puissent continuer à croire réellement en leur histoire (« légende » et/ou « autorité ») ; c’est à dire avoir RAISON de fait, du monde (de vos vies).
Vous avoir, les renforce dans leur sentiment d’être « bien » au regard d’être « mal » (il n’est pas question d’être juste et/ou de moralité mais seulement de conserver le moral, le +, avec le temps).

Il était bien question de mettre les gens en boîte et/ou la vie au pas pour que des personnes puissent continuer à « léviter » (à jouer avec des vies et/ou le vivant) dans l’idée d’être de fait in-fini (« immortel »), en droit, sacré et/ou, divin (« au-dessus » ; totem).
Il était bien question de dressage … Et/ou de façonner le monde (l’énergie) à leur image afin de leur faciliter la vie, de là à se soustraire du temps (du « commun » des mortels ; dans l’idée d’être culte et/ou d’en être quitte avec ce qui ne pouvait plus ainsi s’opposer à leur volonté (envie).

En un sens, ils s’achetaient le monde (les gens) et/ou ils avaient tout ce qu’ils voulaient (« compris »)

Et cela juste en passant par l’objet (les mots).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.