L’héritage de la France vendu par les mondialistes

– les gens se rendent-ils compte de l’histoire de France –
du poids ; de leur responsabilité, de leur charge … c’est de leur héritage ou terre (mission sur terre, devoir)

Je souhaite démontrer la trahison de personnes qui se disent français et/ou qui sont en “charge”, responsables du territoire. Des personnes qui vendent, trahissent leur pays (leur héritage). Des personnes qui n’ont qu’une seule chose en tête, c’est leur carrière ; c’est à dire la suggestion d’un confort ou d’une “réussite” personnelle.

Des personnes qui ne mesurent la gravité de leurs actes, mais qui seront jugées à hauteur de ce qu’ellels ont fait et ainsi de ce qu’elles sont. Il est possible de sa cacher derrière l’image, l’idée d’être ouvert sur le monde (d’être mondialiste) mais il est impossible d’être mondialiste et en même temps, en charge de défendre l’intégrité territoriale. Il est incompatible d’être en même temps mondialiste et en charge de représenter l’état-nation (sans porter gravement atteinte aux intérêts de l’État). Il est inconcevable que des personnes qui ont cette sensibilité puissent exercer ces fonctions.

Apporter la preuve qu’il y a une intention de nuire, c’est à dire de porter atteinte à la sécurité ou à la souveraineté de ce qu’ils sont censés pourtant incarner, est la mort (de condamner à mort). Il est d’ailleurs possible de faire un parallèle, lorsqu’il y a un employeur qui licencie un salarié pour faute lourde. C’est à dire qu’il y a une conséquence lourde lorsque la preuve est apportée ; et ainsi prouver que la personne avait belle et bien l’intention de nuire ou qu’elle a effectivement nuit à ce qu’elle était censée pourtant défendre ou représenter ; prendre en “charge” … Sa peine à ce niveau est de perdre sa place mais à d’autres niveaux … c’est de perdre la vie (une personne ; c’est à dire retirer à un sentiment ce qu’il tendra à nier la réalité comme s’il pouvait s’extraire de “ça”, de ce qu’il a permis comme il l’entend ; tout ce qu’il peut faire dans ce sens c’est posséder son entourage, du monde, c’est à dire avoir raison du monde pour ne pas changer son sort malgré son impression de “gagner” ou de bien faire).

La conséquence au fait de porter atteinte à la sécurité nationale est la mort après avoir demandé (obtenu la confiance) ; parce que c’est grave, c’est le prix à payer … il y a une conséquence. Et s’il n’y en avait pas ou plus, alors la personne rêve ; ou alors c’est parce que “demain” il ser-it  possible de sauter du dixième étage sans qu’il y ait de conséquence pour soi ce qui est impossible ! Car dans ce cas il faudrait être saint et ainsi tout sauf “en vie” (en chair et/ou sur terre).

Une personne (un sentiment qui se pense “en vie” ; incarné) tend à nier la gravité de ces actes pour sauver sa peau (la mise) mais elle perdra bien plus que ce qu’elle pensera avoir dans le temps (trouver) ; pourra entendre (et ainsi supporter).

Tout se paie, tout à un prix … Mais pas dans le sens que peut le penser une personne qui se corrompt sans même le voir du fait d’entraîner du monde dans son jeu.

Rapide coup d’œil sur l’histoire de France (sur ce qui a permis d’avoir avec le temps cet espace, ce territoire ou cet acquis). Comme si le fait d’avoir un espace à soi, était évident à avoir ou normal d’avoir (… c’est bien mal connaître la vie sur terre ; les choses et/ou le monde ; se mettre le doigt dans l’œil).

histoire2(1)-page-001