TCAR DE ROUEN

Je résume les faits :

Je suis en vélo dans Rouen, et j’ai eu la mauvaise idée (oui, je le reconnais) de traverser une voie de Teor. Mauvaise idée … car un bus “déboule” d’un virage et au lieu de ralentir, il me “tombe” dessus tout en klaxonnant fortement et lourdement (là concrètement il s’est fait  p l a i s i r). Mais ça ne s’arrête pas là, puisqu’il ouvre ensuite la fenêtre, et il continue à “ouvrir le feux” : il me traite comme un poisson pourri (il m’a traité de con, etc ; avec un malin plaisir) … Et il insistait (… il me l’a mis, minable).

Même si ma quête personnelle, n’est pas d’avoir de Je (non de rien reconnaître mais de Je) il y a qu’en même une limite.
Donc, ni une ni deux, je m’arrête à la TCAR pour demander une fiche de réclamation. Car il était hors de question que cette personne (jeune), s’en sorte comme ça (en plus, il était en fonction. Ça ne se fait pas ou ça ne lui est pas permis).

Et début juin, j’ai la réponse de la TCAR (c.f. le pdf)

Ce qui est bien dans cette histoire, c’est que je la connaisse du fait de l’avoir vécue. Donc on ne peut pas me le “faire à l’envers”. En revanche pour une personne extérieure, c’est possible. Et c’est là, que ça devient intéressant. Puisque les responsables de ce chauff-ard-eur, l’ont cru pour ne pas le remettre en cause et/ou le mettre face à ses responsabilités. Et à travers moi (ou cette histoire) cette personne possède son monde et par extension ses responsables. Pour dire quel sentiment de puissance, elle doit développer cette personne.

Le problème, c’est lorsque les menteurs sont crus et non pris pour ce qu’ils sont (et ainsi font) par ceux qui sont ainsi, pas si responsables (meilleurs) que ça. Et ça se passe, à la TCAR.

 

Réclamation TCAR du 23 04 2019
Réponse TCAR du 05 06 2019

 

Maintenant si je fais une projection en me servant de ma théorie :

Cette personne en “réussissant” à sauver les apparences, elles (les apparences) devront alors continuer à avoir raison du monde. Mais la personne là, n’est pas ce qu’elle paraît (elle joue un jeu ou elle s’enferme dans un rôle). En un sens, elle se renie et/ou elle s’éloigne d’elle-même pour être “bien” (selon elle) sans l’être tant que ça (elle aura ainsi une image qui est faussée, et cette personne attendra une chose qui ne peut pas lui revenir. Mais elle ne pourra pas le reconnaître ça avec le temps, ce temps).

La personne se raconte là, des histoires. Et du fait, d’avoir été cru, elle va finir par les croire, elle-même.

Dans ce sens, ce ne sera pas pour le reconnaître ça, avec le temps (être honnête, devenir meilleur) mais belle et bien être de moins en moins capable de faire la part des choses. Dans ce sens la personne finira par tenir plus à son image (elle fera encore plus preuve d’ego) qu’à être honnête (qu’à se dévoiler ; elle n’aura plus de conscience et par extension de ce qu’elle n’a pas réalisé = tenu). Là, sans le réaliser la personne s’enferme dans un jeu qui aura raison de sa personne (d’elle).

Elle perdra pied … Le jour où les apparences qu’elle projette, ne feront plus illusion ; son jeu sera fini et/ou elle n’aura plus raison du monde (le “poids” qui  provient de cette influence qu’elle a pour le moment ; puisque ce qu’elle a émis “prend” … Dans ce sens là = elle possède son monde).

Plus ça prend dans le sens où elle s’est compromise plus elle ressortira en “bien”. Un “bien” qui provient de cette influence là sur les autres, l’Autre qui seront concrètement sous le charme, neutres ou plus là puisqu’elle “pèse” seulement dans l’histoire qu’elle permet. Et c’est le jour où les apparences que cette personne entretient, ne feront plus effet qu’elle fera face à elle-même (à ce qu’elle est et fait). Elle sera percée à jour ou plus là dans les faits (… en attendant, ça “prend”).
Dans ce sens, une personne ne réalise rien puisqu’elle se moque du monde ; elle ne sera pas ce qu’elle prétend. Là, elle possède son monde sans que ça ressorte puisque ça “marche”, puisque ça “rapporte” pour avoir concrètement cette influence là sur du monde ; le monde qui l’entoure (sans que ça ressorte afin de pouvoir un sentiment anormal = s’oublier “un peu”).

Il y aura ainsi d’un côté, ce qu’elle montre (ce qu’elle prétend = ce à quoi elle tend) et de l’autre, ce qu’elle est au fond ( = où elle en “est”, en fait). Elle porte ainsi un masque et ce masque devra continuer à avoir raison du monde sinon elle est mal = ça, les choses, lui échapperont sans rien pouvoir changer à ce qui va lui arriver (… du fait d’avoir rien d’autre réalisé et/ou permis).
Cette personne a fait du mal sans le reconnaître pour être alors avec le temps, mauvaise (le temps, ce temps réalisera … un mauvais esprit). Et ça ne ressort pas tant qu’elle ne sera pas percée à jour. Ce qui est difficile puisque dans le temps, le monde sera charmé, neutre ou plus là afin que les apparences que cette personne permet continue à prendre sinon elle est finie (dans ce sens, qu’est-ce que vous voulez qu’une personne réalise ?! Comment vous voulez qu’elle finisse et/ou à quoi pensez-vous qu’elle tiendra avec le temps, ce temps !?).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.