Un courant d’air qui renverse une idole

RIEN peut-il avoir raison de TOUT
L’INVISIBLE peut-il être plus fort, que le VISIBLE
CE QUI N’EST PAS FAIT peut-il + peser que CE QUI EST FAIT

LE DÉSORDRE (ce qui est autours) peut-il avoir raison de L’ORDRE (de ce qui est au centre).

Maîtriser ça, c’est maîtriser les lignes … l’à-venir (celle qui concentre l’énergie sur son affaire ou celle qui polarise la personne sur ce qu’elle aura à faire). Ça scelle les sorts (ça occupe).

Impression

Impressionner

il y a une chose qui prend de soi.

Le propre de respecter,
le fait d’être aimé
c’est à dire que c’est plus fort que soi

ça prend
ou match ;
point barre.

Et tout l’objet,
c’est de faire un truc
d’avoir un truc,
qui permette de peser
ou de ressortir à mort.

Raison pour laquelle,
qu’avoir la fonction de la mort (être “monté”)
normalement ça déchire,
ou ça te scotche.
Tu ne peux que respecter
et/ou te ranger.

Je rappelle que ça fait cet effet là (ça tue)
sauf que là,
ça passe encore par l’histoire.

Donc il faut se mettre dedans (voire être concerné)
pour le ressentir ça (“reconnaître”)
et être conquis
si ça prend de soi ;
ou être contre,
si ça ne prend pas alors, de soi (si ça ne te convainc pas)
tout en étant « dedans » (rien changer pour autant !).

ça c’est la vie (… l’histoire). Ça t’occupe.

Et tout l’enjeu,
était de pouvoir avoir suffisamment de « poids » (d’avenir)
afin de ne pas être impressionné
et/ou aimer (donner de soi) comme ça.
Et pour cela pas de secret !
il faut devenir virale (et/ou un leader)
sinon concrètement « tu ne fais pas le poids »
et quand ça se passe,
comme dire ça,
.. tu es un peu comme entraîné (obligé).

Et moi (mon énergie)
cherchait à peser (à avoir ça)
sans passer par l’objet … (être “en vie” et/ou “touché”)
Pourquoi ?!!!
Pour grandir,
pour arrêter de me faire posséder
ou entraîner dans un univers
qui était contraire à mes valeurs (à mon énergie,
à ce que j’étais mais que je n’arrivais pas à retrouver,
à avoir sur terre … ou en l’état).
Or il aurait fallu pour ça,
faire des histoires (être « leader »)
afin de le pouvoir.
ne plus être conquis ; avoir le “choix” (pouvoir dire non sans qu’en retour on me dise … bah non !).

Je rappelle que selon les propriétés de cette énergie noire
plus l’objet que le sentiment projette, prendra (conquiert du monde
alors je n’en parle pas en ayant la fonction présidentielle,
quelque soit le corps ; c’est à dire « gagné » la tête)
plus il « pèsera » prendra des gens.
Et si votre énergie n’a rien réalisé (repose sur rien)
il sera emporté
pour suivre le mouvement (donner de son temps et de son énergie, afin de donner de la “valeur” … votre vie, à ce qui ressortira comme étant “sacré”).
Ça ainsi se passe (ou devrai-je, ça s’étend).

Être obligé de suivre
ou alors être opposé (mal) mais sans rien pouvoir faire (changé),
car ça vous dépasse (et ainsi a) ; vous renforcerez ainsi le mouvement qui vous a eu (point barre ; une personne en l’état c’est du temps et de l’énergie).
Et votre fin
renforcera le mouvement,
qui ne dira pas non (qui ne sera pas critique à ce sujet)
puisque vous lui donner l’occasion de s’étendre
et de pouvoir fêter ça.
Il n’y a pas de « gagnant » (de personnes en « haut »)
sans « perdant » (personnes en »bas »
et/ou à la « ramasse »).

Il faut un contraste,
une contrainte,
pour que les gens restent à leur place
et/ou rester dans le faire (pour qu’ils continuent à s’occuper à leur affaire ou à ce qui les REGARDE).

Donc tout l’objet (affaire, futur …. il leur faut une aspiration)
ou de pouvoir en fait !!!
Grandir ;
c’est à dire dire du mal,
être critique (toucher l’autre)
sans être violent,
et/ou perdu.
Pour ne plus être ainsi charmé,
et/ou impressionné par la fonction
mais au contraire au courant.

Donc si ça ne « marche » plus
pour ceux qui s’engagent dans ce sens,
sans être critique à ce sujet mais belle et bien voir un intérêt
ça sent alors mauvais (ils perdent leur “valeur”).
Tout leur sentiment d’être « leader »
disparaît (ils sont ruinés au sens propre comme au sens littéral).

Les mecs,
ils ont tué la fonction
dans l’idée d’être « virale ».
Et ils les étaient le pire ;
car les gens étaient encore charmés
et/ou impressionnés par la fonction.

Et ce qui intéressant de noter,
c’est que les gens sans être charmés
et/ou impressionnés,
ne font pas n’importe quoi,
bien au contraire.
Comme quoi les « meilleurs »,
ne sont pas forcément
ceux qui ressortent en « bien »,
ou en « 1er ».

Grandir c’est le fait de voir clair,
d’être au courant
est de ne plus être du tout impressionné,
et/ou charmé,
par un monde qui repose
en fait sur ça, les apparence ; c’est à dire la capacité à pouvoir mentir, à pouvoir se mentir
tout en jurant le contraire (se fourvoyer).
Un monde qui « marchait » à l’envers
et qui essayait de convaincre les gens du contraire ;
qu’ils marchaient à l’endroit ;
à condition d’être charmé
et/ou impressionné.

Ça a fait pschitt
sans être pour autant perdu,
et/ou violent
mais au contraire au courant (ce qu’ils n’ont plus ;
ce qu’ils ne sont plus !).
Le propre d’avoir non du mal
mais belle et bien récupérer
son temps et son énergie (le moyen).

Avoir, ce qu’ils ont perdu (n’ont plus)
pour ça ;
la suggestion d’une « coupe »
ou d’un pouvoir sur la vie (l’autre
et ainsi eu cette influence là)
qui n’apportait pas du sens
et/ou de la matière,
mais qui prenait belle et bien la vie
dans l’idée de la donner.

Je le dis
et redis
au sujet de ça …
c’est « mortel ».

Lorsque ça (les autres) vous échappe,
dans ce que vous vous étiez fait à l’idée,
vous êtes mal.
Et tout l’objet,
est de pouvoir récupérer le centre (ça) ;
de gravité,
celle qui vous étiez venu par un processus de vie et de mort.

Moi en l’ayant perdu,
puisque j’étais fini (« mort »)
ou dans le non-être
vis à vis de ceux qui avait encore de quoi,
mon énergie a dû saisir ça (traverser ça)
pour revenir à la vie (récupérer le centre)
ou me réincarner.
Sauf que pour ça,
il faut un objet,
qui en vaille la peine ;
c’est à dire qui ressortent dans le temps (j’ouvre ainsi une porte)
sinon impossible d’être à nouveau sensible ;
ici et maintenant (reconnecter être-avoir).

Il faut ainsi reprendre “confiance”,
c’est à dire le pouvoir (compter pour les gens)
sans l’avoir (le droit).
Le propre d’être sans fonction
ou reconnaissance.
Il faut donc saisir l’objet (ça en l’état)
pour que ça passe (que le courant passe)
c’est à dire une chose,
qui n’existe pas.
Afin de pouvoir revenir à la vie,
ou être à nouveau dans le VISIBLE (la matière, le faire).
Et non plus être dans l’ombre,
de ceux qui s’affairent,
qui ont pris la main
ou qui sont là pour maintenir l’ordre ;
c’est à dire maintenir leur emprise
sur terre (les autres).
Pour avoir à nouveau de la “valeur” (des gens et ainsi, compris … des choses !)/
Ils sont là non pour maintenir l’ordre
mais défendre leur intérêt
qui n’est pas les vôtres (puisque leur intérêt est de vous avoir).
Tous leurs sentiment d’être “bien”
voire d’exister pour certains,
dépend de vous avoir.

Je rappelle qu’en ayant le pouvoir,
vous êtes normalement impressionné,
et/ou charmé ;
plus c’est « haut »
plus ça prend
c’est à dire l’attention
et ainsi l’intention ;
c’est à dire la forme,
et le fond (raison de vous ;
ça vous bouffe).
Et si vous n’avez pas ça,
vous perdrez vos moyens,
car vous n’aurez plus les moyens
ou au fond l’adhésion
et donc le choix ;
vous n’êtes plus là « demain ».

Vous avez déjà perdu,
sans avoir l’adhésion ;
ou alors ça (ce qui n’existe pas
et qui est pourtant,
dans ce que vous faites au quotidien,
pour ne pas être sans rien faire ;
sauf que pour ça il faut qu’on vous le reconnaissance.
Ce que ne feront pas ceux,
qui ont le dessus sur vous (la “valeur” et ainsi l’énergie des gens et/ou de l’importance pour eux)
ne vous reconnaîtront pas,
puisque tout leur sentiment d’être “bien” (de le valoir) voire d’exister pour certains,
et à condition de continuer, à vous avoir (et ils sont capables d’aller très loin
pour continuer à le croire).
C’est à dire à rester « responsable » de vous,
ou à être là pour vous posséder (à être vos “maîtres”) ;
tout en maintenant l’idée,
de savoir
afin de continuer à le pouvoir.

Vous le permettez ça,
puisqu’au fond ça vous dépasse,
ou ça oblige alors à prendre ce droit ;
et sans être prêt
c’est le risque d’être violent
et/ou perdu.

Pas de « bien » (de « gain »)
sans « mal » (personnes en « bas »).
Si un mouvement prend la tête du monde
sans avoir reconnu ça,
ça ne va pas être pour le défendre.

Les mecs ils ne sont pas mûrs,
ils ‘”montent” et pour cela …
pareil il leur faut une histoire ;
le moyen de “grandir”
et en réalité de profiter pareil ! À cette idéologie de merde !
Dans l’idée d’être différent
ou de changer l’avenir !
Ce dont je rends compte,
dépasse toute leur connaissance
ou leur sentiment d’être “en vie” (leurs personnes).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.