Corps de métier (Univers)

Pour moi ou à mon sens,
une personne ne peut pas rester sans rien faire ;
sans mal tourner (c’est obligé).

Raison pour laquelle, elle sera employée pour être affecté à des tâches d’ordre général. Non pour faire la même chose à vie (… à mort), mais dans le but de se trouver et/ou de se spécialiser (de trouver son univers ; sa place). Elle restera ainsi active (elle sera appelée ou elle recevra un ordre de mission avec le nom de l’entreprise, la tâche à accomplir afin de se préparer … ainsi que les horaires avec le taux horaire qui sera propre à son affectation et/ou sa spécialité … capacité à faire, à supporter en fonction de la “charge” ou de ce qui ressortira d’elle … ce qui lui sera reconnu, propre et/ou donné ; la personne se cherche encore).

Le but étant que la personne puisse se cerner avec le temps voire s’être trouvé ; pour que ça (son affaire ou ordinaire, ce que le monde attend d’elle, lui demande) soit proche d’elle ou Continuer la lecture de Corps de métier (Univers)

Divin

Il n’y a pas d’intérêt à parler
il n’y a pas de place
et ainsi une pression (l’impression de merder ; de ne pas être à sa place, reconnu et/ou de faire suffisamment impression pour prendre ainsi, le dessus).

Changer les choses et pourquoi le monde (ce qui concentre le monde ou ce qui est au centre).

Non pour réaliser ça
pour être soi-même
dire ce que l’on pense au fond,
mais belle et bien devoir se mettre dans le bain (se mettre de côté
ou mettre son sentiment au final, de côté … de là à s’oublier !)
jouer le jeu,
ou se mettre en phase
avec l’environnement dans lequel le sentiment interagit,
pour être encore là “demain”,
pour être encore “apprécier”
(ou avoir encore de quoi).

Le système qui est le nôtre,
nous impose ainsi à prendre sur nous
ou à nous taire
si on veut encore être là “demain” (“gagner” sa vie
après avoir eu, notre “chance”).

Vous le réalisez ce poids,
celui du monde
dans lequel vous vous manifestez ! (“Grandissez” !
– Vous avez le sentiment d’apprendre
ou
– qu’on prend au contraire de vous sans qu’on vous le reconnaisse mais que ça devienne “forcé” (“obligé” pour ne pas éprouver encore + de mal).

Vous avez honnêtement le sentiment de le saisir ça …
ou d’avoir plutôt intérêt à “monter” (à être apprécier par ceux qui vous ont)
pour être en “haut”
et non en “bas”.
Pour vous ôter d’un doute (non celui d’être mortel
mais celui du système … celui là même qui renforce ceux qui sont “bien” et/ou qui ont le dessus, la main au fond. Raison de vous).

Qu’est-ce qui se passe là,
malgré le fait que ce Continuer la lecture de Divin

Mûrir

Si vous éprouvez du mal
et que vous n’arrivez pas à saisir pourquoi
de là à vous remettre en question,
ou de le prendre pour vous (vivre mal) … En fait,
ne vous mettez pas martel en tête.
Si vous éprouvez du mal,
c’est que vous avez du monde sur le dos,
ou contre vous.
Parce que vous n’allez pas dans le sens (du poil)
de ceux qui sont au centre (vous devrez ainsi faire connaissance pour les conquérir, être “normal” ou comme eux. Vous allez voir, c’est puérile et stérile mais ça les fait “marcher” à mort. Alors bien évidemment vous pouvez jouer le jeu ! Mais si vous ne vous êtes pas réalisé avant, jamais vous serez qui vous êtes. Pour ça ! Ne pas éprouver de mal. Tout en considérant qu’être “bien” n’est pas un objectif en soi sauf pour être “bien” c’est à dire une figure importante dans l’histoire qui se passe pour ne pas être si “mal”, selon vous. Tout votre non “réflexion” sera pour avoir raison des autres, être en “haut” et non en “bas”).

S’il y a du monde il y a forcément une raison,
c’est à dire un objet qui concentre le monde (à cette influence).
Les gens viennent pour une raison.
Et le lieu ont ils se rendent
est censé coller avec leur sentiment
ou ce qu’ils attendent (pour être dedans
et/ou répondre à un besoin. Il sera toujours question de ça, du temps pour le tuer s’ils n’ont rien à faire au lieu de faire ; ils sont toujours dans le faire … “en vie”).
En “entrant” vous devrez ainsi suivre le mouvement (ce qui est au centre
ou ce qui concentre le monde)
pour être pareil (en phase).
Sinon vous êtes là pour en profiter,
c’est à dire changer l’environnement dans lequel vous vous manifestez,
de la à convertir l’énergie
qui étaient là pour autre chose (renforcer l’objet
et/ou ce qui est au centre).

Vous n’imaginez pas le pouvoir de ça.

Du fait de dire je,
vous faites forcément parti d’un groupe,
d’une cellule (d’un ensemble)
qui est votre réalité affective
ou environnement émotionnel.
un environnement qui vous est proche (cher)
à ce qui est plus éloigner votre inexistant (c’est votre réseau sans considérer que tout est interconnecté).

En étant seul,
ça va,
le propre de suivre votre sens,
mais dans un groupe,
impossible d’être vous-mêmes
à moins de « monter » (de vous imposez)
de là à être -au centre- (virale)
pour ne plus éprouver de mal (de gêne).
Sauf si c’était votre Continuer la lecture de Mûrir

Ça est pratique

Une personne
c’est du temps et de l’énergie.
Et une fois que le sentiment s’est figuré
il ne peut pas sortir de son je,
sans perdre le nord.
Il peut à la rigueur changer d’objet (de vie)
pour suivre ce qui a eu raison de lui,
mais il ne réalisera pas ça.

Le pas,
est trop important
au regard de son sentiment,
ou de ce qui est possible.

Je suis convaincu
qu’il est possible de briser le lien
être-avoir,
non pour que la personne Continuer la lecture de Ça est pratique

Ressource

Comment être « bien »
« sûr » de soi
ressortir,
refaire surface
sans retrouver ce qui nous a échappé (ce qui a échappé au sentiment) ;
c’est à dire ce qui est venu à l’esprit (un mélange de ça et de soi)
par un processus de vie et de mort.

Comment refaire surface,
peser,
avoir une influence sur ça …
c’est à dire ! Sur les autres à travers l’histoire
dont le sentiment sera à l’origine,
pour être à nouveau là ;
avoir Continuer la lecture de Ressource

Adhésion/Trahison

Idole/fan

Adhésion

Fédération.
Il y a d’un côté l’énergie
et de l’autre côté, ça.
Ça permet de prendre de la valeur,
c’est à dire de ressortir,
aux yeux des autres (à ceux qui sont en vie)
sinon être, sans valeur (ressortir ou prendre de leur énergie ;
pouvoir faire “connaissance”)

Tout l’objet,
d’une vie,
c’est de ne pas perdre son énergie
et par extension ça (son temps)
mais de le réaliser ça (ce qui ressortira forcément comme étant important pour eux)
Et pour cela,
il faut un objet,
c’est à dire croire
en quelque chose.

Une chose
qui fixera l’énergie sur son sort
ce qu’elle aura à faire,
pour prendre de la valeur,
puisque ça impressionnera (ou prendra des autres ;
leur énergie).
Pour être encore là « demain » (« sûr » de soi)
et non « mal » (disparaître).

Le sentiment repose,
compte
croit forcément en quelque chose,
qui est « vrai » pour lui,
ou immuable.

Or il ne doit pas s’attacher (se Continuer la lecture de Adhésion/Trahison

Affecter une personne … en faire une arme (s’en servir)

Changer son comportement voire la contrôler (programmer) ; l’avoir corps et âme.

Implanter une idée ou une image

Il est possible d’implanter une idée ou une image.
Le truc c’est qu’au sujet de ça,
le corps affect les choses
ou ne fait pas la part des choses.
Ça peut ne pas venir de soi,
tout en l’ayant pris pour soi.

Le corps le prend ainsi pour soi (mal car ça ne colle pas à son sentiment, en l’état) ;
la personne le vit mal
pour être touché,
et impossible de s’en débarrasser.
Pire, plus la personne essaiera de chasser ça de son esprit (corps énergétique ; le sentiment étant encore dans l’objet ou dans le monde)
cette idée
et/ou Continuer la lecture de Affecter une personne … en faire une arme (s’en servir)