Le trésor de la France

Si l’escroquerie de la dette (depuis la loi giscard-pompidou, renforcée avec l’article 104 de maastricht) met la main sur cette or … “on” est plus que C O N.

C’est du crédit de la France dont il est question (c’est à dire de son poids ou de son existence au regard de ce qui fait aujourd’hui marcher le monde). Ce qui veut dire que si le monde ne change pas, alors la France, sans son or, est invisible ou sans raison d’être (existence propre, poids, avenir). De plus, étant donnée que cet or à fait l’objet d’une prédation … forcément, il y a peu de chance pour que le sens au fond, ait changé. Pour être ainsi plus que mal … dans cet avenir qui serait alors … le coup de grâce d’un pays qui s’appelait jadis, France.

Le sabbatéïsme-frankisme, doctrine infernale de la synagogue pour la “révolution”

“Sa lecture va nous permettre de “fixer” dans les grandes lignes l’esprit qui guide ces croyances
sabbataïstes et frankistes,et l’influence très réelle que celles-ci ont eu par la suite sur toute une série
de “perversion doctrinale” dont le Monde moderne a donné naissance (comme par exemple le
M a r x i s m e , l e  F r e u d i s m e , etc…”

 

Lien

Mouvances intégristes catholique et islamique manipulées par Gladio

Une mouvance dans l’armée française (catholiques intégristes) influencée par gladio (la CIA) pèse lourdement pour aboutir à une guerre civile ; en France. L’objectif étant de pouvoir en découdre physiquement (donner le change) à la créature des américains, Daesh. Une mouvance dans l’armée française influencée par Gladio (via la franc-maçonnerie) qui cherche à s’en prendre au « mal » . Un « mal » fabriqué de toutes pièces et apporter ainsi le change nécessaire à la créature dont ils font désormais parties pour que cette guerre puisse se manifester (devenir une réalité). Daesh est une occasion en or, pour prouver… à leur yeux leur bonne foi en cherchant le mal (la guerre).

Les américains ont créé en France le scénario « idéal » d’une guerre civile ; par le biais d’une guerre de religion entre deux protagonistes (Alfi et Daesh) utiles et n é c e s s a i r e s à leur histoire (conquérir le territoire de France).
Sans rituel ou sacrifice humain impossible de se faire vivre l’idée de faire le « bien ». C’est à dire le mal nécessaire, afin de déchaîner les passions ou tuer le « mal » ; dans l’idée d’un «avantage» personnel, identitaire ou territorial (d’une « conquête » territoriale ou spirituelle, c’est à dire d’un “avènement” ou “salut”).

David – V i E L

Les religions universelles (attirantes, incluantes) et exclusives (repoussantes, excluantes)

Universelle, c’est à dire … possessive ou qui tend à posséder tout le monde (à soumettre la vie à leur ordre, à leur vision des choses et/ou sentiment d’être le salut, la vérité, la seule voie)
et
Exclusif, c’est à dire qui exclu tout le monde ou tout ce qui ne répond pas à leur critère pour faire partie de leur “équipe”.

A chaque fois, il est question d’un rapport au monde. C’est à dire à ce qui est intérieur et extérieur à ce qu’une personne considère être le salut, le temps et par extension son intérêt dans la vie. Et cela sans voir au-delà de leur paradigme (c’est à dire personne). Avec une intention de faire adhérer, reconnaître (pour les religions dites universelles) ou alors, d’exclure le monde (pour les religions dites exclusives ; se distinguer).
Il y a donc une séparation entre le monde et la vie ; qui tend à convertir tout le monde à travers l’objet de leur entreprise ou au contraire à s’exclure du monde dans l’idée de se sauver (le bien du mal ou de ce qu’une énergie n’arrive pas à saisir du fait d’être encore figuré ; en vie et non “morte”, “mal”) … et chacune à leur manière, faire preuve d’honnêteté (c’est à dire de “salut” ou de “grâce” mais en se servant du monde … pour les uns en le convertissant ou en se prétendant universel … et pour les autres en le rejetant mais sans le saisir au -delà de leur objectif personnel sur le monde, d’être mieux sans le monde et ainsi de rester dans ce qu’elles pensent être « juste » ou le « bien » pour leur personne ou confrérie.

David – V i E L