Mûrir

Si vous éprouvez du mal
et que vous n’arrivez pas à saisir pourquoi
de là à vous remettre en question,
ou de le prendre pour vous (vivre mal) … En fait,
ne vous mettez pas martel en tête.
Si vous éprouvez du mal,
c’est que vous avez du monde sur le dos,
ou contre vous.
Parce que vous n’allez pas dans le sens (du poil)
de ceux qui sont au centre (vous devrez ainsi faire connaissance pour les conquérir, être “normal” ou comme eux. Vous allez voir, c’est puérile et stérile mais ça les fait “marcher” à mort. Alors bien évidemment vous pouvez jouer le jeu ! Mais si vous ne vous êtes pas réalisé avant, jamais vous serez qui vous êtes. Pour ça ! Ne pas éprouver de mal. Tout en considérant qu’être “bien” n’est pas un objectif en soi sauf pour être “bien” c’est à dire une figure importante dans l’histoire qui se passe pour ne pas être si “mal”, selon vous. Tout votre non “réflexion” sera pour avoir raison des autres, être en “haut” et non en “bas”).

S’il y a du monde il y a forcément une raison,
c’est à dire un objet qui concentre le monde (à cette influence).
Les gens viennent pour une raison.
Et le lieu ont ils se rendent
est censé coller avec leur sentiment
ou ce qu’ils attendent (pour être dedans
et/ou répondre à un besoin. Il sera toujours question de ça, du temps pour le tuer s’ils n’ont rien à faire au lieu de faire ; ils sont toujours dans le faire … “en vie”).
En “entrant” vous devrez ainsi suivre le mouvement (ce qui est au centre
ou ce qui concentre le monde)
pour être pareil (en phase).
Sinon vous êtes là pour en profiter,
c’est à dire changer l’environnement dans lequel vous vous manifestez,
de la à convertir l’énergie
qui étaient là pour autre chose (renforcer l’objet
et/ou ce qui est au centre).

Vous n’imaginez pas le pouvoir de ça.

Du fait de dire je,
vous faites forcément parti d’un groupe,
d’une cellule (d’un ensemble)
qui est votre réalité affective
ou environnement émotionnel.
un environnement qui vous est proche (cher)
à ce qui est plus éloigner votre inexistant (c’est votre réseau sans considérer que tout est interconnecté).

En étant seul,
ça va,
le propre de suivre votre sens,
mais dans un groupe,
impossible d’être vous-mêmes
à moins de « monter » (de vous imposez)
de là à être -au centre- (virale)
pour ne plus éprouver de mal (de gêne).
Sauf si c’était votre élément (comme “vous” !).

Raison pour laquelle
que mon énergie réalise ça (l’impossible ou le monde … ce que projette le sentiment pour être “dedans “! Être “aimé” dans ce sens
c’est le fait d’être central. D’avoir cette influence là
pour avoir le sentiment d’être “bien”,
et non “mal”).
Réaliser ça,
non pour être au centre
mais saisir ça
ce qui concentre les gens
ou ce que ils ressentent).

Le sentiment est immature
de là à rechercher sa place ;
son groupe.
Pour que ce soit comme ce qu’il ressent (lui ; il se “cherche”).
Mais si aucun groupe
correspond à ce que la personne ressent au fond,
alors elle devra le sortir (le réaliser)
pour être dans son monde,
ou se comprendre (réaliser ça).

Le mal
ou la difficulté
est seulement l’angle (le sens)
que vous devrez éprouver
pour trouver votre voie ;
et/ou suivre le mouvement (le sens)
c’est à dire renforcer le mouvement,
dans laquelle votre énergie ressortira
voire dont il se serait identifié (attaché
et/ou calé dessus).
Moi mon énergie est repartie de ça (de rien)
de là à revenir à la vie ;
raison pour laquelle que je ne peux pas me retrouver
dans ce qui existe (ce qui a eu raison de mon sentiment ; tuer).
Ça n’existe pas (ce que je ressentais n’existait pas dans ce monde.
Je l’ai ainsi réalisé ; j’ai fait ce pas et/ou j’ai eu cette démarche).

Si un mouvement prend le dessus,
de là à avoir raison de tout le monde sur terre,
vous éprouverez forcément du mal,
à moins de vous convertir ;
puisque ça vous dépassera (il s’agira de l’alpha ou poids du monde ;
qu’est-ce que vous pensez pouvoir faire contre ça).

Cessez de vous tracassez
voire d’être pris en main pour dépression
et/ou pour crise de nerf.
Si vous éprouvez du mal,
c’est parce que vous avez du monde sur le dos (“raté votre vie”).
Et si vous ne tenez pas le coup,
ou la charge,
vous disparaîtrez,
pour renforcer le sort,
de ceux qui auront eu ainsi, votre tête (raison de votre sentiment).
Ça “marche” comme ça.

Même chose,
estimait le « poids »
de la figure
avec laquelle vous vous liez ;
parce que si elle en a marre,
vous aurez ses adeptes (son “poids”)
sur le dos.
Et une figure (vedette)
n’est pas là,
pour le réaliser ça,
mais belle et bien renforcer,
son sentiment d’être “unique”.

Le mal est à la hauteur du nombre de “fidèles”.
Moi pour toutes mes ex,
j’ai eu son réseau sur le dos (ça sur le dos) ;
parce que ça “marche” comme ça.
Mais le dernier coup,
ça était le pompon
car il s’agissait d’une structure
qui s’est payé ma tête.
Et ça devait pour le coup,
être le coup de grâce (parce qu’il n’y a pas eu d’arrêt en fait …
ou je n’ai pas pu refaire surface, me reposait depuis 1994. Ça c’est enchaîné depuis 1994).
Sans oublier, les parents qui soutenaient mes ex (leur fille forcément ! Puisque leur sort est lié. Si leur môme se met avec une figure importante alors ça profite, plaît au parent … à condition bien évidemment que la môme continue à adorer ses parents).
Mais pas les miens … qui ne m’ont pas donné raison mais raison au fond à une ex ! C’est gonflé. Elle avait charmé parent et grand-parent ! C fort. Et elle s’est cassée sans briser le lien mais seulement tourner la page dans sa tête ! Je n’ai jamais vu une personne aussi fier. Elle m’aimait mais l’ego a tuer son sentiment. Le lien provient de l’énergie. Elle bloque nerveusement les choses, pour que son énergie ne me revienne pas. Elle voit ainsi le mal sans pouvoir autant avoir eu raison de son sentiment … Sinon elle ne verrait pas le mal).

De toute façon
me concernant ça a commencé en 1994 ;
et depuis ça n’a pas arrêté.

Donc,
soit je traversais ça en l’état, soit ça m’avait.
Pour passer de l’autre côté ;
c’est à dire pour
– soit disparaître (puisque c’est insupportable
sans le traverser)
– soit pour devenir mauvais ;
et ainsi ne pas avoir traversé ça (changé d’état).

Une personne,
c’est du temps et de l’énergie.
Elle connaît du monde,
ou elle a établi des liens.
Et si elle a marre de vous (si ça lui prend,
autant que ça lui a pris,
de se mettre avec vous !)
vous avez son réseau
sur le dos ;
c’est à dire ceux qui la soutienne
pour éprouver alors du mal (du fait d’être dedans ;
ça vous concerne !). Elles m’ont chié dessus comme pas possible mais attention ce sont des “saintes” ! Faut pas les toucher (contrarier). Sans parler d’une société totalement aveugle à ce sujet ; pour leur donner le change ! Je le dis, les nanas aujourd’hui se laissent pousser les poils tout en tant convaincu de se battre pour leur liberté ! Leur énergie est dans l’ego (le paraître).

Leurs amis
aiment leur idole.
Et impossible de faire preuve de raison
et/ou de sentiment ;
ce sera juste une question de camps.
Il n’y a aucune réflexion,
il sera juste question de pouvoir,
c’est à dire d’intérêt au fond (écraser
ou avoir l’Autre
pour renforcer leur corps mental
ou sentiment d’être “bien” en l’état).
L’autre est un étranger
après avoir été adoré (adopté).
Mais s’il ne se convertit pas
(s’il ne renforce par leur je)
alors il éprouvera réellement du mal.

Vous êtes en vie,
vous avez forcément une histoire
et ainsi établi des liens.
– Soit vous avez pris le dessus,
pour être en « haut » …
« bien » vis à vis de ceux qui sont “conquis” ou alors  “mal” (dans votre ombre).
– Soit vous êtes « mal »,
vis à vis de ceux qui sont « bien » (qui vous a. Mais ils ne vont pas vous le dire ou vous le reconnaître puisque tout leur sentiment d’être “bien”
voire d’exister en dépends. Ils en n’ont même pas conscience).
– Soit vous avez mûri …
mais ça pique « un peu ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.