Mentir (la source du mal)

Mentir …
c’est mettre le bazars (le chaos)
afin de pouvoir faire la leçon (du fait d’être à l’origine c’est à dire conscient de ce que les autres ne savent pas afin de pouvoir les posséder … Jouer avec eux, avec la vie ou avec le feu et se croire très, très “fort” ou “malin” sans l’être)
à ceux qui vivront l’enfer
rien que pour les Avoir (Léviter).

Un menteur est inconscient de l’être, du fait d’avoir jamais été découvert. Ça (les autres) ne lui échappe pas pour renforcer réellement son sort c’est à dire enchanter. Les autres seront réellement conquis et si le charme ne prend pas alors ils seront décrédibilisés voire tuer (car le “bien” celui que le sentiment se figure en dépends).
Tout en sachant qu’une personne est par nature inconsciente d’être mortel. Et elle fera tout pour rester éloigné de ça (de sa “fin”). Pour être et rester “bien” personnellement (être sans fin, sans mal, sans échec). Et ce seront ainsi les autres qui devront douter (lui profiter). Les autres auront réellement ça sur le dos (auront dû mal à réaliser ça) pour les Avoir. Ça ainsi lui plaît et/ou ne lui échappe pas (et son “pouvoir” ou son impression d’être “fort” sera à la hauteur des personnes conquises ou sous le charme).
Un menteur séduit, il passe toujours pour quelqu’un de “sage”, de “responsable”, de “brillant” (c’est à dire une “vedette” ; il fait toujours cet effet là … car il prend de soi et je rappelle que le sentiment ne s’appartient malgré son impression)
avant de finir sous les verrous.
Ils finissent au trou car leur mensonge est source d’un désordre sans nom ;
et tout cela pour ne pas “mourir”, “échouer” (grandir).

Il y a un rite de passage …
soit le sentiment saisit ça (grandit)
soit il verra le mal, pour le tuer.
Et pour cela il lui faudra une histoire pour le permettre. Non pour que ceux qui seront sous son influence ne le voient mais belle et bien arriver à ses fins (voire en voyant les autres s’en charger) ;
sinon ça ne “marche” pas.
Pour avoir sa “chance”, le sentiment doit projeter un objet (faire une chose)
qui captive pour prendre du “poids”.
Une fois qu’il aura la “main” il fera tout pour que ça ne lui échappe plus (pour ne pas “redescendre”).
Ce sera pour lui une question de vie ou de mort,
sans en saisir le sens ou la portée
malgré ses mots.

Le mensonge, la source … du mal (le mal se nourrit de ça). Et la personne ressent une “force” qui fera tout ensuite pour que ça (les autres) ne lui échappe pas mais belle et bien lui revienne.

Ça ne se commande pas (la vie, ce qu’il y a à l’intérieur) malgré l’impression  (l’effet) que ça leur fait … lorsque ça leur prend, que ça a posé une option sur le sentiment qui se figure encore ça ou que ça, a raison du sentiment (de la personne).

Jouer un jeu, tout en étant mortel (sur terre). Ne pas se découvrir pour ça. Pour avoir cette emprise sur les autres et ne pas pouvoir lâcher prise (reconnaître ça) car tout leur sentiment d’être “bien” (de se connaître) une fois s’être lancé, en dépends.

Pour beaucoup de personnes, leurs vies est un mensonge. Et ils ne veulent pas le croire (réaliser ça, sortir de leur je, cesser “d’être” … d’avoir cette influence) pour ne pas “mourir” (“échouer”). Ils insistent alors, ils vont “dehors” (avec les autres) non pour grandir mais prendre le temps et leur énergie pour rester “en vie” (c’est à dire continuer à posséder ou à avoir cette influence et sans risque de connaître de fin ou d’être touché par ça … non le “mal” mais la vérité celle qui les déranges afin de pouvoir être puis rester “bien” et cela sans fin).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.