Les schémas de manipulation mentale et de l’opinion

Les schémas de manipulation du mental et de l’opinion (… les médias sont créateurs d’opinions ; c’est à dire qu’ils travaillent le sens des événements générés afin de pouvoir changer la face du monde et ainsi l’ordre des choses en faveur de ce qui les emploie et ainsi les sert dans ce en quoi ils s’emploient)

Les stratégies décrites dans la vidéo :
– La Distraction : Consiste à détourner l’attention du publique des problèmes importants et des mutations décidées par l’élite politique et économique, grâce à un déluge continuel de distractions et d’informations insignifiantes
– La Diversion : pour empêcher le public de s’intéresser aux connaissances essentielles
– Problème, réaction, solution : consiste à créer ou à générer un problème dans le quotidien des gens (de manière à ce que cela les touche personnellement et/ou physiquement) afin que ces derniers soit eux-mêmes demandeur des mesures qu’on souhaite en réalité, leur faire accepter. Pour que la cible de ces attaques soit ainsi, demandeur de lois restrictives (c’est-à-dire sécuritaires) au détriment des libertés individuelles. Exemple : une crise économique ; un mal nécessaire afin de pouvoir faire reculer les droits sociaux et ainsi justifier le démantèlement des services publiques.
– La Dégradation ; pour faire accepter des mesures inacceptables. Et pour cela il suffit d’appliquer cette stratégie progressivement sur une période de 10 ans (par exemple). Pour dégrader ainsi le quotidien des gens … chômage massif, précarité, salaire n’assurant plus un vie décente. Autant de changement qui aurait en temps normal provoqué l’indignation, mais que la dégradation progressive rende plus acceptable.
– Le Différé : Le but étant de faire accepter une décision qui serait mal venue par la masse ou la population .. et ainsi qui serait forcément impopulaire ou mal vu (surtout si l’intention est de posséder tout le monde ; et ainsi d’agir totalement … contre leur intérêt … c’est à dire de menacer en réalité leur vie ; le propre de chercher à nuire à leur vie sans avoir la moindre réaction). Le mal ou les mesures de restrictions sont ainsi présentées comme douloureuses mais nécessaires. En obtenant ainsi l’accord du public (son adhésion, du fait de faire appel à la raison). Et de tourner ainsi, les choses de manière à ce que l’énergie voit le mal comme étant nécessaire pour être ainsi « mieux » dans la vie. Pour dégrader ainsi ces conditions de vie ou entraîner la vie ou le quotidien des gens vers le bas pour continuer à se sentir s’en sortir dans ce qu’il faut reconnaître (et tout cela sans voir le mal à cela, ou s’y opposer du fait que cela sert leur intérêt inconsciemment ; et abaisser ainsi leur fréquence vibratoire ou leur vision d’ensemble). Obtenant ainsi, l’adhésion pour des mesures de restriction qui serait en temps normal refusé. Accepté du fait d’avoir prévenu à l’avance, et ainsi préparé ou conditionné l’esprit avant, pour qu’il se laisse faire ou qu’il n’y ait pas de rejet par l’organisme hôte ou receveur. Pour que l’énergie carnée se laisse exploiter ou qu’elle accepte ses nouvelles conditions de vie sans broncher). Le ver peut ainsi renforcer son emprise et posséder alors, encore plus sa proie (qui est de « pacifier» ou d’anesthésier l’organisme hôte ou vérolé ; la greffe a ainsi pris sans perdre pour autant son influence mais au contraire l’avoir augmenté. C’est à dire sans avoir été rejeté par l’organisme hôte du fait d’assimiler, de prendre pour soi, ce qui le parasite en réalité (le tue ou l’exploite à ses dépends). La greffe ou la possession a ainsi pris, et cela sans rencontrer de résistance par l’organisme hôte ; ou parasité c’est à dire utiliser contre son intérêt ou sa vie en soi).
Tout en considérant que de manière générale … il est toujours plus facile d’accepter un sacrifice s’il est futur et non immédiat.
– Ton : utiliser un ton infantilisant ; comme si la personne, qui doit accuser réception de l’information, avait 12 ans. Cette suggestion augmentera ainsi les chances de succès. Pour que l’organisme hôte n’oppose ainsi aucune opposition. C’est-à-dire qu’elle ne voit pas de mal ou de problème à ce qu’on lui impose ou suggère. Amenant ainsi le sujet à être « parfait ». C’est-à-dire “receveur” ou être sans sens critique ou réflexion ; c’est-à-dire d’opposition au fait d’être possédé. Une personne est une énergie carnée. Et un enfant est une énergie en devenir, qui se figure le temps, ou la terre en passant encore par la représentation du père. Et l’essence de l’être par la représentation de la mère. Afin de pouvoir se représenter mentalement la vie, et avoir conscience du temps (de l’ordre, d’un fond … de yin, de son yin) et de l’espace (de la forme, du yang ou de son yang). Le propre de se figurer la vie et ainsi le monde ; afin de pouvoir se construire personnellement, c’est à dire mentalement … se figurer, se représenter la vie, se peindre la figure ou parler encore d’elle dans le cadre de ce qui semble pour elle, être sa vie ; du fait de pouvoir encore le manifester).

Et de manière générale :
– Faire appel plus à l’émotion qu’à la réflexion (pour diminuer ainsi tout sens critique). L’émotion étant la porte d’accès à l’inconscient afin de pouvoir y implanter des idées, des pulsions et ainsi … programmer la personne. Le but étant de maintenir l’individu dans la bêtise et l’ignorance, et qu’elle trouve cela super cool (d’être bête et vulgaire, c’est-à-dire méchante).

– Remplacer la révolte par la culpabilité. Faire croire à l’individu qu’il est le seul responsable de son malheur. Il faut que le sujet est réellement conscience que les raisons de son malheur, est à cause de l’insuffisance de son intelligence, de ses capacités mentales. Ou alors, de ne pas faire assez d’efforts dans ce qui la possède en réalité ou se sert d’elle contre son intérêt (c’est à dire … de ne pas assez s’investir ou s’impliquer). Pour remplacer ainsi la révolte ou une prise conscience salutaire pour elle, par la culpabilité. L’individu ou le sujet est alors « parfait » (c’est à dire dans un “bon” état d’esprit). Du fait de s’auto-dévaluer pour ne pas remettre en question ainsi l’ordre, l’autorité ou ce qui essaie de la contrôler (posséder). Et c’est ce qu’il faut obtenir de la vie en la personne. Et cela par tous les moyens. Il faut la couper d’elle-même (qu’elle doute d’elle, ou de ses capacités pour s’en remettre totalement à l’ordre qui essaie de la posséder). Pour l’empêcher ainsi de voir ou de prendre conscience de ce qui se passe au delà de ce qu’elle est autoriser à voir et à réfléchir (c’est à dire prendre conscience). Il faut qu’elle s’en veille à mort. C’est-à-dire qu’elle pense qu’il a été tout le temps dans l’erreur, qu’elle a été égoïste et d’avoir eu tort … d’avoir osé, voir le mal dans ce qui la contrôle (ou possède). C’est à dire d’avoir osé être critique ou de remettre son ordre (ce qui s’impose à elle), son supérieur en question (…”à tort” et le penser du fait d’avoir été alors, converti ou manipulé dans cet esprit d’être incapable, bon à rien ou incapable ; pour être ainsi incapable d’être critique ou de voir ce qui se passe au delà du fait que la vie est normal en emboitant le pas ou d’être anormal sans se laisser “employer” ; du fait d’en incarner les stigmates ou d’être dans tout ces état ou le sentiment d’être sans rien). Pour voir ainsi une personne donner son crédit ou sa vie … au système qui l’a mise dans cet état de dépendance … ou de détresse .. tant physique, psychique que psychologique. Cette personne cultivera ainsi ce système à mort. Du fait de se persuader d’avoir tort pour se faire vivre ensuite, la suggestion ou l’idée d’avoir été pardonner, repêché.. c’est à dire gracié par ce qui la possèdera alors, pour de bon.

– La science creusant et renforçant le fossé … entre la connaissance du publique et celle de l’élite (tant politique qu’économique). Pour que l’énergie soit séparée ou coupée ainsi d’elle-même (du fait de ne pas comprendre le monde dans lequel on “l’intègre”. Du fait que le monde ou que la connaissance qu’elle en a, est insuffisante pour prendre conscience de tout cela et ainsi pouvoir échapper à son bourreau (ou à ce qui a un pouvoir totale sur elle). Mais ne pas en avoir conscience mais à condition de rester à sa place. Et ainsi à condition que ce monde lui fasse toujours bonne impression pour continuer ainsi à la manipuler ou à jouer le jeu (qui n’est pas de réfléchir le sens de la vie et ainsi à tout cela). Pour laisser ainsi, à ce monde la possibilité de venir à elle (c’est à dire de lui donner un “travail”, de “l’employer” et cela sans voir le mal mais plutôt une “chance”). Et ainsi la liberté de pouvoir jouer encore avec la vie dans l’idée que c’est “normal” ou dans leur droit ; un bien propre. Pour exercer ainsi une influence contre nature dans l’idée d’un “gain” ou d’un “droit”. Qui est la suggestion pour cette conversion des énergies (vision des choses et ainsi perception d’elles) d’être « aimer » ou « protéger » du mal (et si le sujet rejette l’information ou qu’il trouble l’ordre public alors il sera reprogrammer ou éliminé). Un mal extérieur qui est à la hauteur de ce qui est encore pour elle totalement inconscient. Et qui est donc extérieur à elle afin de pouvoir rester “bien”, c’est à dire conforme aux règles qui la possèderont à mort, dans l’idée de la “protéger” d’un mal ou “d’améliorer” sa vie (pour rester en dehors du mal ou de prendre conscience de cela qui ferait que le parasite perdrait son influence ; c’est à dire ne ferait plus effet du fait que l’organisme hôte prendre conscience de la vérité et sortir de cette influence néfaste pour sa vie … son propre équilibre). Le parasite fera en revanche tout ce qui est en son possible pour persuadé l’organisme “receveur” d’être tout au contraire protégé de ce qui est extérieur à elle, et ainsi qui lui renverra la suggestion que la vie est mauvaise afin de pouvoir ferré son organisme hôte. Le propre d’être parfaitement consciente de sa vie (égoïste) mais totalement inconsciente de la vie. C’est à dire de la vérité celle qui la libèrerait de cette emprise et être alors totalement inconsciente de son intérêt en soi, ou de son âme .. c’est à dire de son énergie (celle qui est cachée et occultée du fait d’être exploité à mort par un système qui n’est pas là pour le lui expliquer mais lui prendre sa vie). Pour exploiter ainsi son temps et son énergie, et cela sans fin … au “bénéfice” d’une élite économique et politique, dont le seul but et de garder un pouvoir occulte. C’est à dire une main mise totale et absolu sur la vie ; sur sa vie tout comme sur le monde (Un monde qui est ainsi “pacifié”, anesthésié … et ainsi source d’énergie ou de cash). Pour augmenter ainsi leur pouvoir de suggestion ou leur influence contre nature ou tout bon sens, ou éveil de conscience possible. Et être ainsi contre l’intérêt général (c’est à dire l’intérêt de tous) malgré ce qui est présenté. Car leur intérêt n’est pas la vie mais leur vie. Pour s’appliquer à stopper toutes manifestations dans leur intérêt, qui est de faire le mal dans l’idée de faire le “bien” ou de conditionné les organisme ôte à avoir une vie sans fin. Pour adorer, et ainsi cultiver le mal au prix de la vie ou de sacrifices humains concrètement … et si cela est en masse, ce serait encore “mieux” ; il y aurait plus de “bonus”, de “bien” (de “cadeaux”, c’est à dire de pouvoir ou d’avoir encore plus de droit sur la vie, et ainsi les moyens d’être encore plus “supérieur” à la vie, selon elles … ou du moins elles sont entretenues, cultivées, “couvées”, c’est à dire anesthésié dans cette culture d’entreprise ou cet esprit là … dans l’idée de faire le “bien” ou de libérer le monde du mal ; c’est à dire du limite ou d’une fin personnelle). En fait ils conditionnent ou préparent les gens pour qu’ils puissent être posséder sans que le parasite soit ainsi rejeter par l’organisme hôte).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.