Le Capital

Georges Bernanos :

“… Georges Bernanos estime que le système économique rendra toujours plus rentable le fait de spéculer sur les vices de l’homme que sur ses besoins10. Il voit donc la « société marchande » comme un facteur de corruption s’il n’est pas équilibré d’une manière ou d’une autre par une sorte d’idéal. La publicité utiliserait la propension de l’homme aux péchés capitaux ; ceux-ci seraient donc utilisés afin de « servir les ventes ». Il est possible à titre d’exercice de prendre une série de publicités et de voir quel est le (ou quels sont les) péchés capitaux sollicités par chacune : déculpabiliser la paresse (« oubliez vos soucis »), justifier l’orgueil (« parce que je le vaux bien »), exciter la luxure (en général par l’image), réveiller la cupidité (placements financiers ou immobiliers), susciter l’envie (« tous les autres en ont »)…”

l i e n   w i k i p é d i a   d u   t e x t e 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.