La classe des 1%

La classe des 1 % ou des ayants droits (des propriétaires terriens)
– mélanchon : pro européen
UE, d’inspiration ou émerger sous la direction d’ancien nazi
tel que walter hallstein qui a été le 1er président de la commission européenne
– Le mouvement sionisme épousant le slogan du droit à la terre
Pour que tout le monde se sentent sioniste (concerné ou fédéré)
– Fascisme : ce sont les plus riches qui prennent le contrôle du politique et ainsi de la population pour la condamner aux travaux forcés. C’est-à-dire à travailler pour rien ou du moins sans aller jusqu’à remettre en question la légitimité à ce qui a pris le contrôle d’elle ou de leur vie (qui est cette caste, celle des 1%). Les 1%, les possédants (les ayants droit sur la vie), c’est-à-dire les + riches ou ceux qui ont su implanter la suggestion d’un devoir (c’est à dire d’un sacrifice ou d’un don de soi qui est la promesse de leur mort ou qui n’a pas d’autre but que de cultiver ce qui est eu raison d’elles). Un devoir, une obligation sociale de là à en faire un mérite personnel, en cédant ou en le croyant (à l’heure actuelle, elle est permise par les banques, les industriels et les multinationales). Les propriétaires terriens prennent ainsi le contrôle du politique (c’est-à-dire le temps et l’énergie des gens pour leur faire faire, et ainsi asseoir une suggestion, ou l’illusion d’une “légitimité” ; une aura). Personnalité qui devient ensuite anti-sociale, anti-« communiste » et ainsi esclavagiste. C’est-à-dire qui sont … pour la traite des hommes pour se faire valoir. Ou pour la traite des êtres humains et ne pas en avoir conscience ou voir de mal à cela … puisque cela les arrange ou leur rapporte personnellement (nourrit leur ego). Parce que cela leur donne réellement l’illusion de pouvoir être ôté d’une fin de vie (ou supérieur à la vie et ainsi à elle-même). Pour avoir ainsi une position ou une assise sociale (suggestion d’un confort ou d’avoir des droits sur la vie) ; qui niera les conditions de vie de la dites, population (prise alors dans leur filet). Population qui sera considérée alors, comme étant en dessous d’eux ou de tout de ce qui semblera être important pour cette caste (“élite”). Ils se croient alors à la « tête » ou les « représentant » du monde entier (c’est à dire ils croient réellement “à part”, “spécial”, “élu” ou être sorti de l’ordinaire). Une « tête » qui contrôle alors la vie des gens pour rester à leur place. Pour diriger ainsi ce qui deviendra le « cœur » de l’activité humaine ; et donc de la dites société ou organisation sociale pour arriver à ce qu’ils veulent (à rester en “tête”, à la “tête” du monde ou en vie dans leur tête ; tout le temps “bien”). Pour contrôler et verrouiller ainsi la vie dans un ordinaire qui sera tout sauf ordinaire. Et motiver alors la vie des gens à se sacrifier pour rien sauf pour leur plaire. Pour bénéficier d’une main d’œuvre corvéable à merci (à l’idéal dépersonnalisé pour ne plus  avoir conscience de leur âme ; c’est à dire de leur situation). Pour ne surtout pas risquer de compromettre leur chance de “succès”. Et ainsi de remettre en question la légitimité des 1%. Qui n’est pas de perdre leur “position”, situation sociale, “siège”, “ascendant” ou alors concrètement sinon leur couper leur tête du fait de l’avoir perdu. Et voir cette caste, rester à la tête du monde, en faisant faire n’importe quoi aux gens (dans l’idée d’en avoir le droit, le “pouvoir”). Et préférer nier tout cela, ou le bon sens, pour rester à leur place, ou concrètement garder leur tête (ou leur place sans l’incarner)… afin de pouvoir continuer à faire faire ce qu’ils veulent aux gens. Car le “bien” qu’ils n’ont plus provient de la vie qui est et sera sacrifier en leur nom. Concrètement ils ont perdus la tête, et la conscience qu’ils n’ont plus provient d’un sacrifice et ainsi du mal fait … concrètement c’est ce qui leur nourrit ou leur donne encore l’illusion d’être “bien”, sans l’être. Le propre de contrôler l’énergie des gens, leurs mains (de les “occuper”) et surtout avoir ainsi accès à leur force vive ; afin de pouvoir être cultivé et cela sans fin. Et continuer ainsi à jouer à l’idée d’être en vie, ou à pouvoir forcer les choses pour que les choses continuent à aller « bien » pour eux. Les travaux ou les activités deviendront alors forcées, ou “dirigés”. De là à ce qu’une personne se sentent contrainte ou obligé de faire. Pour que cela plaise à cette caste ou que cela aille dans leur sens. Pour que les gens se sentent forcés (et pour cause car il n’y a rien de fondé). Se sentir forcés, pour celles qui seront restées extérieures à leur caste et ainsi à leur ordre (conversion, suggestion ou procession). Pour ne plus être alors “bien” ou “conforme” vis-à-vis de ce qui dicte alors la norme ou contrôle le monde. Pour soit se convertir, cesser de voir le mal, et ainsi de s’opposer. Soit représenter une menace tant à leur expansion … qu’à forcément … à leur image de marque (et ainsi par extension … chance de « succès). Chance de succès pour ce sens est celui de pouvoir empêcher le bon sens de s’exprimer. Ou que la vie puisse émerger et suivre à nouveau, son cours normal. Et ainsi en cas de « succès », empêcher par la même occasion toute résistance ou opposition à leur « ordre » (pour rester en “têtes” ou garder leur “tête” et de pouvoir rester en vie … présent et non pour le bien). Pour exiger ainsi des gens de servir leur ordre et de devoir respecter la « loi » (leur loi). Pour faire ce qu’on attend d’eux et ainsi à forcer la vie sinon risquer de se sentir menacé. Pour que la « population » se sente alors mal, ou obligé à faire sinon être  r é e l l e m e n t  en danger (pouvoir craindre pour leur vie). Une “société” rendue possible par un ensemble des facteurs qui « s’abattront» sur elle (leur sentiment d’être leur vie ou droit d’avant disparaîtront). Pour qu’elles acceptent ainsi cet ordre (un fait établi, et par la force des choses). Pour maintenir ainsi l’énergie en vie (mais inconsciente de son âme) dans ce qu’on attendra d’elle (pour “l’employer”, lui offrir un “travail”, un “avenir”). Afin de pouvoir rester en vie certes, mais à condition de rester dans le format de ce qui sera décidé pour elle (puisque sa vie ne lui appartiendra plus … et cela malgré l’idée d’être « bien » du fait d’être encore en vie). Il est donc question de traite des êtres humains, c’est-à-dire non plus de droits sociaux mais de privation de liberté du fait d’être amené peu à peu à un système … qui contrôlera tout. Un système contrôlé par une caste qui ne reconnait pas la vie mais la suggestion d’un pouvoir sur la vie. Pour perdre ainsi individuellement, tout droit ou vision, regard extérieure à ce qui sera devenu la norme (point barre). Afin de pouvoir être et rester selon cette caste « normal », ou « bien ». Et ainsi être « aidé » et non être éliminé pour le “bien” de la dites communauté (ou de ce qui donne le ton). L’énergie inconsciente de son sujet (persuadé d’être “aidé”, “aimé” ou “sauvé”) sera alors reconnaissante « éternellement » à ce qui lui a permis d’être ôté ou préservé d’une fin de vie (selon elle ; du fait d’avoir été amené dans ce sens, c’est à dire pour réellement le penser, le croire et non en douter, être converti). Pour le moment, il y a encore un “extérieur” à cet ordre. Mais s’il n’y a plus de monde extérieur à cet ordre alors il n’y aura plus d’extérieur ou d’impression contraire. Pour permettre ainsi à cette classe des 1% de se croire supérieur à la vie, et ainsi à elle-même (ou à ce qu’elle était avant sa conversion). Et avoir ainsi vu une « chance » dans la vie, ou une « confiance » qui est en réalité impossible à avoir sans posséder à mort une autre conscience ou personne que la leur (et par extension le monde). Pour se faire ainsi avancer dans l’idée de, plutôt bien marcher personnellement. Et être elle aussi préservé d’une fin de vie à condition de se convertir à ce qui serait alors devenu mondial. Et tout cela sans voir le mal ou douter de ce qui lui aura donné selon elle la vie ou permis de l’être. Pour en fait être posséder à mort… et cela du début de l’idée d’être leur vie à la fin de l’idée d’avoir été selon elle leur vie. Une manifestation qui donnera dans la densité l’illusion de s’être battu à mort pour tuer le mal pour en réalité tuer le bien ou nier la vérité afin de pouvoir être elle aussi sauvé ou préserver d’une fin de vie… et pour cela il faudra qu’elle fasse ses preuves pour prouver sa fidélité à ce qui la possède ou contrôle à mort (et cela ira bien au-delà de la suggestion d’un je, d’une une personne c’est à dire d’être en vie ou sans vie). Car avec ce qu’elle négocie dans l’idée d’être “bien” personnellement et de pouvoir être ôté d’une fin, il n’y a pas de mort, d’arrêt, c’est à dire de fin).
– FN et Front de Gauche, défouloir, qui donne l’impression au pluralisme
– Amalgame volontaire et entretenu entre racisme et fascisme ; pour détourner l’attention des gens, de la classe des 1 %
– La soudaine promotion par le système, du Front Nationale. Le FN, apparaissant aujourd’hui comme étant la « solution ». Un parti mise en « lumière » après avoir été longtemps banni ou condamné par le même système. Tout en sachant que les médias n’ont jamais été autant verrouillés. Verrouillé par le même système et indirectement les mêmes « ayants droits » qui essaient de posséder les gens et cela au niveau mondial. C’est-à-dire à continuer leur entreprise, à faire impression ou à se donner l’impression de pouvoir tout contrôler, contrôler tout le monde et cela à l’échelle planétaire … mais cela risque de poser problème et/ou de faire désordre …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.