Fil d’actualité Habitat 76

J’attaque Habitat76 pour licenciement abusif (ou du moins j’en ai l’intention et cela ne va pas « être de la tarte » de le faire reconnaître ; ressortir tellement on m’a enfoncé)

Juin 2015 : licenciement pour faute grave à mon encontre, entamé par Habitat 76

Septembre 2016 : après plusieurs mois, je décide de réagir, d’entamer une action.

  1. Appel à l’assistance juridique de la Matmut, pour savoir si mon contrat le permet. On me confirme que oui, en revanche la personne me rappellera pour me préciser si mon action est du ressort du droit privé ou public.
  2. Après quelques jours, la Matmut me précise qu’il s’agit du droit privé. De ce fait, le délai est bien de 2 ans, après le licenciement afin de pouvoir entamer une action en justice.
  3. Un rdv est pris avec Mr Controzorzi de l’assistance juridique de la Matmut à Rouen.

Le 6 septembre 2016 :

Suite au rdv avec la personne de l’assistance juridique. J’ai très bien senti, que la personne entrait dans un schéma classique de refus de prise en charge du dossier. Il mettait d’ailleurs déjà les formes (il m’entraînait dans son jeu) pour ne pas donner du suite (le justifier). Tout l’entretien a été dirigé dans cet esprit ; je résume et synthétise (en sommes cela revient à cela) : « au regard des éléments qui vous nous avez fournis, nous sommes aux regrets de ne pas pouvoir donner une suite favorable à votre demande ».

Je présente à cette personne 10 c.d.d cumulés où il m’est parfois arrivé de travailler sans contrat de travail. Je lui dit également que j’ai remplacé un collègue de travail illégalement. Que le délégué syndical CGT ne m’a pas rappelé ou rendu compte suite à l’entretien préalable au licenciement (bref je lui donne du factuel, de la matière …) mais rien, pas de réaction.

Je lui expose ainsi des vices de formes (de procédure), en plus du fond du dossier qui peut être présenté comme un harcèlement, une volonté de nuire ou un licenciement abusif. Mais apparemment non, cela déclenche en lui, aucune réaction, aucune émotion.

Mon dernier contrat de travail en c.d.d (comme les précédents) était pour un remplacement suite à un congé maladie et le dernier pouvait se transformer en c.d.i). En revanche, entre temps il y a eu un changement de comportement à mon encourt, du jour au lendemain … je suis passé à tout va bien à « tu dégages » (on voulait me faire partir. On me cherchait des poux … Et je l’ai très bien compris ; ressenti). Mais la personne de l’assistance juridique, lui à tout minimisé pour boucler le dossier avant de l’avoir même commencé. Pour me signifier « gentillement » un refus de prise en charge de mon dossier par l’assistance juridique (il ne me l’a pas dit, mais cela en prenait la tournure, et il a tout fait pour).

Je tiens à préciser que durant cet entretien, cette personne n’a rien fait (elle ne s’est pas trop « foulée »). Elle a seulement pris les pièces de la partie adverse, c’est à dire les éléments à charge en me demandant qu’avez-vous pour votre défense (point barre ; une personne de bonne volonté et bien disposé … manifestement). Je lui explique qu’il y a là les éléments de la partie adverse exposés forcément ! Pour permettre un licenciement à mon encontre, et que je suis justement là … Pour cela ! Pour m’opposer c’est à dire entamer un procès et/ou me défendre (et donc être représenté. C’est bien une assistance juridique … Je ne me suis pas trompé d’adresse ! ). Si cela était si simple, je n’aurai pas été là, devant lui . Ils m’ont forcément chargé (enfoncé) pour que je « dégage », et il est justement là ! Le problème. Mais cela n’avait pas l’air d’intéresser la personne de l’assistance juridique. Il ne voulait pas manifestement, travailler. Il voulait un procès facile (un procès clé en main).
Et j’étais censé être dans un bureau d’assistance juridique (de qui se moque t-on !). Cette personne a ainsi fait le jeu d’Habitat 76 (j’aurais été en face d’eux, cela aurait été pareil). Il a été expéditif. Il n’a d’ailleurs pas du tout trouvé anormal le fait que j’ai remplacé mon collègue durant plusieurs mois. Et que j’ai eu ainsi, deux fois plus de travail durant plusieurs mois. Il veut du factuel, je lui en donne, mais apparemment cela n’a pas l’air de l’intéresser.

J’attends maintenant, le courrier de la Matmut pour la prise en charge ou non, du dossier. Je me suis tout de même manifesté pour lui signifier mon mécontentement et bien lui mettre en tête, que je ne compte pas en rester là (ce qui est belle et bien le cas).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.