L’islamophile évêque de Rennes mène la guerre à…la messe traditionnelle !

Rennes_Pierre_dOrnellas-300x225.jpg
Lien

“… Evêque, peut-être, mais catholique, certainement pas !…” C’est dit.

J’invite à regarder la vidéo en fin d’article. Elle est instructive sur la controverse qui anime et divise aujourd’hui l’église, entre les “tradi” et les dit “progressistes”. “Progressistes” qui sont pour l’idéologie dominante, pro libérale libertaire c’est à dire la suggestion d’un “paradis” terrestre ou d’une vie préserver d’une fin … ce qui est un leurre ou le sens même d’être sur terre, c’est à dire d’être en vie et non “dieu” ou sans fin ; ce qui est une vue d’esprit lorsque l’énergie est encore incarnée et pas encore sorti de son je ; car généralement elle meurt avec sa personne sans avoir saisi le sens de l’être, du temps au-delà de sa projection, suggestion). Mais cela reste tout de même étonnant de voir que ce débat ou que cette division puisse exister dans les rangs même de l’église (qui est sensé incarner la foi, l’espoir du genre humain, c’est à dire qui est sensé voir au-delà de la projection ou de la suggestion d’être le réel, le monde le commun dit du “mortel” (de nos vies ou projections).

Johan Livernette : Lettre ouverte à Étienne Chouard


Lien

Ce qui est dit, c’est le fait d’aller à l’essentiel
de reconnaître la vérité sans parler de “soi”
et ainsi de s’écraser suffisamment sans voir le “bien” (être enchanté) ou voir le “mal” (être défaitiste).
du fait que cela revient à mourir en fait, réellement de sa personne
(c’est à dire le fait d’avoir une vie sans pouvoir “en profiter” ; ce qui est en soi … la négation même des “lumières”, des idées républicaines ou démocratiques … d’une utopie sociale, c’est à dire d’une société “idéale” qui permettrait d’être personnellement “bien” et cela sans risquer de connaître de fin).