“Un État dans l’État”

coignard livreSophie Coignard a découvert que les frères s’organisent d’une façon très moderne pour s’entraider et exercer leur influence dans toute la société. Cet immense réseau, qui compte près de 150 000 personnes, pèse notamment dans la police, la justice et les affaires sociales. Le livre dévoile l’existence de véritables fiefs francs-maçons, comme, parmi bien d’autres, la Poste, Veolia ou le Crédit agricole. À EDF, c’est une vraie cellule de renseignement qui effectuait des missions très spéciales.
Cet univers méconnu compte des catholiques fervents et des athées militants. Il abrite aussi des loges d’élite inaccessibles au commun des mortels et des rivalités bien cachées (un État dans l’État – Sophie Coignard – Albin Michel).

“Les secret de la réserve fédérale”

9782355120312

Je ne saurai que trop conseillé cet ouvrage. Il est source d’enrichissement et ainsi, de prise de conscience pour modifier notre vision des choses sur ce qui nous dirige. Sur ce qui nous dirige, tout en nous laissant totalement étranger de l’histoire qui s’écrit au prix pourtant de nos vies (réflexion ou éveil de conscience).
“les secrets de la réserve fédérale” ; par Eustace Mullins.

Les racines nazies de l’Union Européenne

71dPTu5FDiL
Extraits

 

“… Si le rôle capital du Cartel d’IG Fabern [à savoir BAYER, BASF et HOECHST / HOECHST, aujourd’hui Sanofi Aventis-] qui se trouve derrière la première et la seconde guerre mondiale avait été dénoncé par le passé, ces intérêts industriels n’auraient jamais eu la chance de lancer une autre tentative de conquête de l’Europe et du monde.”

“Le code secret de l’univers” de I. et G. Bogdanov

csu

« Le code secret de l’univers »
d’Igor et Grichka Bogdanov

C’est un livre qui essaie de démontrer que dans ce qui nous semble être vide de sens ou ce qui renvoie à l’énergie carnée, le sentiment qu’il n’y a rien du tout, il y a tout de même un sens au-delà des apparences. C’est à dire un ordre qui se rappelle à nous inconsciemment. Pour avoir ainsi soit le choix de le suivre ou alors, de le nier. Dans l’idée d’un “mieux” ou d’avoir des droits sur la vie. Pour continuer à rester personnellement rassuré tout en perdant en confiance ou âme sans posséder les gens dans l’idée d’un “gain”. Et ainsi de pouvoir rester en vie, sans fin ou sauvé de l’idée d’une fin dans notre tête. C’est à dire d’être meilleur que les autres du fait d’être rester en vie ; le propre d’être les plus égoïstes ou de tenir plus à notre vie qu’à la vie.

La vérité ne permet pas de sauver les apparences au détriment du sens,  de la vie, de la vérité elle-même, celle qui nous permet de se figurer, de se penser en vie … de jouer à l’idée d’être en vie (notre rôle ; d’être solidaire ou au contraire, opposé). Et ainsi de mentir, c’est à dire d’être en train de se mentir dans l’idée que les choses vont aller mieux en prenant ce sens.
L’énergie entretient la suggestion d’être la vie (d’une coupe) pour se détacher d’elle-même afin de sortir personnellement de l’ordinaire (se faire plaisir ; pour que la vie puisse devenir selon elle “meilleure” ou plus facile).
En se mentant Continuer la lecture de « “Le code secret de l’univers” de I. et G. Bogdanov »