Aucun texte alternatif disponible.

Manifestation non à prendre à la lettre, c’est seulement un support à la réflexion (au recueillement). Pour “creuser” … la terre ou ce qui ressort aujourd’hui comme un état de fait (du fait d’être présent et ainsi vécu, incarné ou en chair … “réel”).

Le spirituel
et
le matériel

… l’esprit et le corps.
Ils sont encore “dedans” (affecté)
et non avoir traversé ça (s’être révélé).
C’est à dire traversé ça … le corps (la dimension physique, la chair)
et ça (le corps spirituelle ou l’objet qui permet de relier l’esprit
à la “terre” sans la saisir au-delà de l’objet qui leur permet d’être concret,
de ressortir
et ainsi d’être là où ils en sont).

Être “bien”
matériellement
c’est à dire en “haut”
et non “mal” … tout perdre (perdre l’objet condition à leur sujet ; c’est à dire l’objet celui qu’ils ont à l’esprit pour être “bien” et par extension rester “en vie” garder leur corps).

Ils travaillent
consciemment/inconsciemment
le lien
celui qui les relie à la terre (et ainsi entre eux),
qui relie le sentiment au temps
pour avoir le sentiment d’être “bien”
à condition de captiver du monde
et de maîtriser ce qu’ils ont en tête.

Ils sont là
de corps et d’esprit
mais sans avoir pour autant traverser,
ça
saisit ça (ce qui les retient sur “terre”
et ainsi la raison ou le sens même d’être sur “terre”).

Ils maîtrisent certes leur sujet
mais le temps d’une vie,
et sans dépasser les apparences projetées
pour rester présent,
concentré (ou sur “terre”).

Le sentiment a besoin d’une matière
c’est à dire d’avoir une chose à faire à l ‘esprit
sinon impossible de distinguer les choses (de séparer être de avoir)
et ainsi de ressortir dans un sens
(de donner un sens à leurs vies).

Diffusé sur fb, le 30 08 2017

L’image contient peut-être : une personne ou plus
 
Regardez la vérité en face
… la mort en face ;
mais il est vrai qu’a trop se regarder le nombril
ou dans la glace
ça devient “impossible” (… de là à devenir réellement, insupportable !).
Et pourtant dans ce qu’une personne fuit pour rester “en vie”
ou “bien” dans sa tête (en “forme”), il y a ce qu’elle recherche.
Mais elle fera le contraire pour être préservé de ça, de la fin. Celle que le sentiment génère en réalité (ou inconsciemment) pour se convaincre du contraire ; c’est à dire pour rester “en forme” ou sûr de lui mais ! à condition d’avoir raison des autres sans que cela ne ressorte comme tel. Afin de renforcer ainsi, le sort de ceux qui se manifeste dans ce sens et ainsi, avec cette intention là. Et ils seront tout sauf là … pour le reconnaître ça !  Mais au contraire être fier de ce qu’ils se figureront être un “succès”. Ils ne seront pas là pour le reconnaître ça, Mais ! au contraire ! le louer, ou n’attendre que ça afin que ça leur profite (ils adorent ainsi ça ; le mal. Celui là même qui leur renforce ou qui leur profite personnellement).

Et c’est, ce qui fait la différence …
entre une personne qui sortira de l’ordinaire pour se donner raison
et un sentiment qui se découvrira
de là à sortir de son je et cela de son vivant (être “mort” sans l’être).

Mais bien évidemment,
dans ce monde,
ça ne sera pas entendu
parce que ça ne rapporte pas ;
ou du moins à 1er vue.
C’est à dire que ça ne leur fera pas plaisir,
mais de la “peine”.
Et il vaut mieux ainsi que ce soit les autres
qui aient de la peine (du mal)
que celui ou celle qui est là
pour “réussir” concrètement sa vie (et non la “rater” ; avoir de la “peine”).

Il faut voir le monde captivé
à la suggestion de “gagner” sa vie
et en réalité la fuir
c’est à dire se trahir
tout en réussissant le tour de force
de se convaincre du contraire ;
d’une “réussite”, qui coûtera cher
car elle se donnera du mal pour ça.
Pour avoir raison du monde c’est à dire
être à l’origine, être responsable de sa propre fin
celle que le sentiment génère
pour continuer à s’appartenir (à rester “en vie”).

Je pense qu’effectivement ça peut durer sans fin,
sans que rien ne change.
Ils sont tellement attaché à leur personne,
dans l’idée réellement de s’appartenir.
Cela ne s’invente pas,
ils sont réellement humain …
c’est à dire dedans (attaché à ça,
à ce qui leur coûtera la vie,
sans même la saisir au-delà de
ce qui prendra concrètement forme et ainsi ce qui
aura raison d’eux ;
et qu’ils auront généré
sans même le voir.
Et s’ils le voient c’est qu’il est trop tard
(pas de leur faute mais celle des autres c’est à dire de ça
et ainsi de ce qu’ils n’ont pas saisi du fait d’avoir été là,
pour être “bien” personnellement ;

se faire un nom et/ou de l’argent, “s’en sortir”).

Tout est une question de temps et d’énergie
et ainsi de la maîtrise de ça (de cette énergie noire, de cette force ou de ce ressort)
et non de l’emprise sur une personne,
sur du monde pour se donner de l’importance
sans en avoir.

Regarder la vérité en face (se regarder en face)
pour certains cela ne fait rien (allez savoir pourquoi)
et pour d’autres cela fait mal voire cela les tuerait sur place.

J’invente rien,
cela a toujours été.
C’est votre vie,
ce que vous en ferez et ainsi reconnaîtrez (louerez).
L’image contient peut-être une personne ou plus

 
Diffusé sur fb, le 19 08 2017