Le Groupe Africain se lâche sur l’occupation israélienne de la Palestine

Le Groupe Africain se lâche sur l’occupation israélienne de la Palestine
Lien

Il y a avait une place vacante … celle d’un ordre ou d’un rayonnement qui calme le monde et pourquoi pas tout le monde. Je croix que cette voix qui se fait entendre … est là non pour provoquer, profiter du monde (se nourrir de lui dans l’idée d’en avoir le droit ou d’être là pour ” l’aider” mais pour être juste et pas seulement en apparences ; être que pour faire des histoires).

Le continent africain émerge malgré ses “chaînes” ou ses entraves d’avoir été aussi longtemps dans l’ombre de ce qui était devenu une “vedette”, au détriment de tous. Un continent qui a été “conquis” ou sous le joug d’une entreprise égoïste (et cela durant des siècles). Une cohésion pour apporter non la haine mais cet équilibre que le monde n’avait pas ou plus ; en l’état actuel des choses. Le continent africain ou le renouveau du monde pour que les choses redeviennent à nouveau possible (pour l’avenir de tout le monde ; un monde meilleur et pas seulement en apparences). Une relation entre continents qui n’est plus basé sur l’exploitation mais le partenariat (le respect mutuel).

À condition bien évidemment de ne pas se laisser séduire par les mêmes chimères, par le Capital ou une idéologie franc-maçonne ; à vocation “universelle”, c’est à dire occulte malgré les apparences (… et ainsi faire les mêmes erreurs que les personnes dites, les “blancs”).
Apprendre de ses erreurs autant que celle des autres car nous partageons la même histoire (malgré l’idée ou la suggestion d’une différence).

L’embargo alimentaire russe prolongé

Lien

J’espère que ce n’est pas une opposition de façade pour justifier inconsciemment la nécessité d’un conflit mondial (entrainer tout le monde). Car pour qu’un sacrifice fonctionne (renforce, ou régénère un objet dans la densité), il faut qu’une personne marche, croit ce qu’elle vie (pour qu’elle donne sa vie, se sacrifie ou qu’elle se donne en soi).

Le géant de l’alimentaire Danone met un pied chez Michel & Augustin

MICHEL ET AUGUSTIN
Lien

 

Il y a bien une volonté du Capital, de mettre la main sur ce qui sont les besoins de 1er nécessité (la nourriture entre autres). Pour renforcer leur présence sur terre ou leur importance réellement ; et ainsi inconsciemment pouvoir posséder une énergie dans sa tête : pour la posséder ou verrouiller (et par extension, verrouiller le monde, se sentir “puissant”, “incontournable”, “dieu” vivant, c’est à dire infernal si l’énergie ne joue pas le jeu).

Un décolleté sur le CV? Cela change beaucoup de choses pour les recruteurs

 

cv photo
Lien

 

C’est bien ce que je dis …

avoir une belle gueule, une paire de loche et la vie est belle. Une dépense d’énergie ou une société qui sera forcément tout sauf juste ou fondé tout en pensant au contraire être “juste” du fait d’avoir la belle vie. Une notion de “bien” ou de “soi” qui fait que des gens sont sans RIEN afin de pouvoir continuer à profiter de la vie (et sans même l’apprécier). Et être de leur côté “bien” et cela sans fin en cherchant à avoir toujours plus. À condition alors de s’appliquer à faire et à voir le mal nécessaire, c’est à dire la loi et la morale pour garder le pouvoir (celui d’être “bien” ; dans leur droit). Pour défendre et tenir ainsi à cette “démocratie libérale et libertaire” qui se cache derrière l’idée d’une laïcité (d’une ouverture d’esprit ; c’est à dire une libéralisation des moeurs pour une “fraternité universelle” ou un “mieux vivre ensemble”).

Aujourd’hui pour être bien, sentir une “réussite” … il faut avoir une belle gueule, une paire de loche … les montrer, se sentir sans gène et oublier les autres ;dans l’idée d’une “réussite” personnelle (d’une “conquête” ou d’une “félicité” éternelle). Et cet esprit a été de mal en pis depuis que ce mouvement néo-libérale des “lumières” a renverser l’ordre et le trône, pour se sentir libre de faire enfin la loi et la morale (… ce qui est en train de se faire, avec les conséquences qui concerne désormais tout le monde dans la suggestion même d’être en vie ou leur personne, c’est à dire individualité … place dans ce monde des “lumières”).

“… elle aura trois à quatre fois plus de chances d’être contactée que d’autres candidates au même poste. Comptable ou vendeuse, le décolleté est toujours aussi important…”

 

Le bon sens corse

ici-rien-halal-corse
Lien

Et si la question n’était pas d’affirmer ou d’afficher sa “différence” pour se sentir partout chez soi ? C’est à dire de changer le monde pour se sentir “respecté” ou “accepté” partout, en changeant en fait ou en convertissant les autres dans leurs différences et l’idée que c’est tout à faire “normal” (par caprice et non par nécessité ; malgré la loi dénaturée ou prise à partie, pour sentir en avoir l’occasion et ainsi désormais le droit, le pouvoir).

Le pape François se lève contre la peine de mort

pape_francois_portrait.jpg
Lien

Pour une vie sans fin, sans conséquences …
Cela suggère le “bien” à une personne.
C’est à dire de pouvoir avoir une vie sans mal, sans conséquences.
Ce qu’elle n’est pas vrai, du fait d’être en vie.

Dans les faits, être en vie n’est pas le “bien” en l’état
mais le fait d’être dans l’histoire
celle pour se rassurer personnellement (c’est à dire à continuer à se raconter des histoires et s’éloigner ainsi de son âme ou du fait de sortir de son propre jeu dont celui de la suggestion d’être le monde pour entretenir ou tuer son jeu ; entreprise dans le temps).
Ou alors mourir de sa personne pour prendre conscience de son je
et ainsi de son âme.

Sortir de l’ordinaire ou s’éveiller n’a rien à voir.
L’un rassure certes la personne dans l’idée d’un “paradis” terrestre, d’une vie sans mal, sans conséquence (ce que suggère ce faux pape ; qui trahit sa fonction en projetant l’idée d’une révolution ou d’un réveil salutaire de l’église). Cette personne s’attache ainsi aux apparences, c’est à dire qu’elle défend son sentiment au détriment du sens, et surtout de ce qu’elle est sensée incarner (représenter, défendre et comprendre ; avoir et non seulement le projeter). Sauf pour abuser son monde (jouer à l’idée d’être pape) et prendre ainsi aux autres dans l’idée d’en avoir le droit (le titre certes … mais pas l’âme ou la vertu sauf par suggestion).

Cette personne fera ainsi contraste
avec ce qui pourrait paraître (vu de l’extérieur ou d’un rapide coup d’oeil)
comme étant moins bien (vieux, archaïque, dépassé, sectaire ou passéiste mais de tenir en fait ..
de respecter le “règlement” (l’ordre).
C’est à dire les préceptes non, pour ne pas perdre SA vie
mais son âme tout le long de l’idée affecté d’être en vie (“SA” vie).
Une suggestion ou une projection qui prendra “un peu” du monde
comme tout à chacun pour continuer à dire je ou prendre conscience de son âme.
Et ces préceptes passéistes ne sont pas pour se rassurer sur sa personne mais afin de pouvoir suffisamment grandir en soi et toucher son âme de son vivant… Pour ne pas accepter un rôle dans le temps qui serait la manifestation ou la fait d’incarner l’idée au détriment du sens. Et être là au fond pour le pouvoir ou sans savoir. Grandir en soi et non se rassurer personnellement sur sa personne permet dans le temps de ne pas être amen à tout ou contre tout (c’est à dire de sortir de l’idée même, affecté d’être soit “en vie” soit “morte” ; personne).

 

«Nouvelle Aquitaine», un nom qui déplaît

Lien

Au-delà du débat, on touche aux frontières et ainsi à l’identité (c’est à dire à la relation de l’âme avec sa terre, son sentiment d’appartenance) et ainsi permettre de rendre les choses plus facile, plus meuble dans le temps (pour déraciner les gens et ainsi changer les choses pour aller tout sauf dans le bon sens).
Cela sent la résignation à plein nez malgré la suggestion d’une résistance. Là les gens s’attachent certes au nom mais sans changer ce qui se passe au fond. C’est à dire de ce qui se passe dans l’ombre, contre leur intérêt, leur identité et leur racine. Car c’est de leur culture dont il s’agit, de leur rapport au temps, au monde, à autrui (c’est à dire du lien même avec leur vie, leur monde, leur droit). Un rapport non exprimé par égoïsme mais belle et bien par nécessité car car là on touche à l’identité, c’est à dire à l’intégrité, à l’âme même du pays.

 

Israël coupe l’eau aux Palestiniens en plein ramadan

Un palestinien puise de l'eau près de Naplouse
Lien

Comment humainement, l’accès à l’eau peut être soumis à une autorité extérieure à leur individualité. C’est à dire spécificité ou caractéristique personnelle et ainsi par extension … individualité du fait de faire partie d’une communauté (d’un ordre ou d’une autorité pour avoir ainsi une légitimité). Une légitimité du fait de regrouper du monde. Pour exercer une pression vis à vis de l’idéologie dominante ou leur droit d’être en vie (du fait d’être belle et bien sur terre, présent). Un état de fait qui exigera la reconnaissance par le monde (ou l’idéologie dominante) que les palestiniens sont des êtres humains comme tout le monde … et non seulement destiné
– soit à se convertir à l’idéologie dominante, c’est à dire à l’économie de marché – soit représenter un danger, une menace certes … mais pour le capitalisme et non pour le monde.
Et comme le capitalisme se sert du monde pour générer et défendre ses intérêts, le monde verra alors les palestinien dans le temps … en mal ou comme un peuple dangereux afin de rester “bien” ou conforme avec ce qui dirigera avec le temps la vie de tout le monde. C’est à dire qui leur donnera le sentiment d’être “bien” vis à vis de ce qui fera la loi ; du fait que le monde se serait ainsi soumis aux désidératas du Capital ou à ce qui sera considéré avec le temps, comme étant la “voie” ou la seule “vérité” acceptable (pour ne pas risque sa vie … vis à vis de ce qui décidera alors effectivement pour le coup … pour tout le monde).

Le prochain Walt Disney comptera dans ses personnages… une raie transgenre

Lien

Et tout de suite, inconsciemment … comme par “magie”, la personne se fait à l’idée.
Une personne se dira au final, que c’est normal.

Comment faire entrée une idée malsaine dans l’inconscient collectif “grâce” aux médias. Médias dans les mains des “puissants”. C’est à dire du Capital, du tiers-états ou des esprits bourgeois et cela à travers le monde. Des personnes ou une dépense d’énergie qui se sont retrouvés à travers l’exploitation du monde. C’est à dire la propriété de banques ou d’industries. Pour posséder ainsi … belle et bien le monde … à travers les marques qui parlent désormais inconsciemment aux gens et cela sans même le voir et au fond, le vouloir. Du fait que ces marques sont devenu des poids lourds de la “société” ou une référence pour tout le monde (… dans le monde des “lumières” c’est à dire des vaniteux ou des aveugles).

 

 

Ces sénateurs de Normandie qui ont voté contre le bio dans les cantines scolaires

12 sénateurs normands ont voté contre le bio dans les cantines. (Illustration : Fotolia. highwaystarz)
Lien

 

Dans quelles cantines mangent les sénateurs au juste ?
Les vendus au Capital ou les personnes encore “un peu” honnêtes malgré leur tâche ; c’est à dire leur environnement affectif frelaté (qui ne va pas les aider, au contraire …).

“Par département, le vote des sénateurs normands sur le texte de Brigitte Allain le 9 mars 2016 :
CALVADOS. Pascal Allizard (LR) et Jean-Léonce Dupont (UDI) : Contre le bio. Corinne Féret (PS) : Pour.
MANCHE. Philippe Bas (LR) et Jean Bizet (LR) : Contre le bio. Jean-Pierre Godefroy (PS) : Pour.
ORNE. Nathalie Goulet (UDI) et Jean-Claude Lenoir (LR) : Contre le bio.
EURE. Nicole Duranton (LR), Hervé Maurey (UDI) et Ladislas Poniatowski (LR) : Contre le bio.
SEINE-MARITIME. Agnès Canayer (LR), Catherine Morin-Desailly (UDI) et Charles Revet (LR) : Contre le bio. Thierry Foucaud (CRC), Didier Marie (PS) et Nelly Tocqueville (PS) : Pour.”
Tout en sachant que les “pour”, peut être simplement pour donner le change ; c’est à dire suggérer l’idée d’une opposition ou d’un débat. Pour pérenniser dans le temps des institutions qui sont en réalité en carton ou des coquilles vidées de leur essence depuis longtemps.