La gouvernance mondiale – interview de Pierre Hillard

Satan se présente,
sous toute les formes qui permet de posséder une personne.
« Il » est l’objet que convoite une personne
pour avoir une vie facile, ne plus s’en faire pour l’avenir
et accessoirement pouvoir sortir de l’ordinaire.

Satan se présente,
comme étant le chef des richesses matérielles (des biens matériels et terrestres).
Et si la vie en la personne adhère,
est séduite,
se sent attiré
alors elle voit en lui pas le mal mais le « mieux » pour sa personne ;
et ainsi le “bien” (un intérêt, pour être sous le charme et ainsi un peu plus en son pouvoir, son emprise ou sous son contrôle).
La vie en la personne, peut ainsi avoir ce qu’elle veut ;
tout en sachant que cela coûte rien pour le mal
du fait que c’est une projection au prix des vies que cela coûtera
pour en renforcer l’idée.
Elle pourra ainsi, avoir ce qu’elle veut (tout).
Et non être sans rien.
Pour ne pas faire partie de celles qui n’ont rien dans la vie,
ou qui sont sur le carreau pour permettre de renforcer la suggestion d’une « réussite » sociale ou d’une « félicité » personnelle.
Et ainsi se sentir à leur place, dans ce monde capitaliste et bassement matérialiste.

La personne en adhérant (à la notion de propriété)
adhèrent ainsi à cette entreprise des « lumières » ou à satan.
Des lumière » ou de cet esprit d’entreprise qui façonne le monde
de manière à ce que les gens à termes voit réellement le bien dans le mal.
(un intérêt dans la vie et pas de mal à être égoïste, à mentir pour profiter du monde).

Satan étant la « chance » pour eux, d’être « bien » sur terre.
De sortir de l’ordinaire (d’avoir une vie d’enfer).
Mais « il » est aussi, la raison même d’être humain ou sur terre (terrestre).
Pour que la vie en la personne puisse ainsi faire un choix,
entre la vérité (la lumière) ou le mensonge (l’occulte ; le propre et le fait de prendre des droits sur la vie).

La vie en la personne peut ainsi,
soit aller vers le mal ; en voyant le « bien » dans le mal ou un intérêt à profiter de la vie.
Soit voir au-delà de la proposition, de ce paradis « terrestre », et ainsi de ce pacte.

Satan est le chef ou le moyen d’accéder aux biens matériels.
C’est le pacte ou l’attraction que ressentira la vie en une personne,
à l’idée de tout avoir, d’être « bien » dans la vie (pour ne plus avoir à s’inquiéter, à se plaindre dans la vie, c’est à dire personnellement).
Et ainsi se convertir à cet esprit d’entreprise. Pour ne pas voir le mal, se sentir affecté si le monde va mal, du moment de ne pas être concerné (au contraire cela renforce en ces personnes, le sentiment d’un confort ou d’un « privilège ; d’un pouvoir, droit sur la vie).

Satan est la proposition ou suggestion d’un pouvoir sur la vie ;
de pouvoir bénéficier de privilège, d’une vie « idéale », et cela sans fin.
Et tout ira « mieux » ensuite matériellement pour la personne qui s’est alors laissé convaincre, séduire et ainsi convertit au mal
Avec le temps cette personne verra le bien dans le mal, de là à en faire la promotion (à croire en le mal, en un pouvoir sur la vie ; la personne est convertie. Elle voit non le mal mais le “bien”, son intérêt).

Tout en sachant que cette vision des choses
retient, tue ou occulte la vie.
Et celles qui sont rien dans la vie
renforce l’idée à celles qui se figurent au contraire, avoir réussi dans la vie ou leur vie.
Tout en sachant qu’il n’y a pas plus “d’échec” que de “réussite” seulement une manifestation qui permet de retenir la vie dans la densité, du fait d’être sans objet sans se faire marcher (et ainsi se posséder).

Afin de pouvoir être et rester convaincu d’avoir eux, « bien » réussi dans la vie (et non échoué).
À s’en être sorti personnellement dans la vie.
Dans l’idée d’un « gain »
ou la suggestion d’une « félicité » terrestre ;
d’un « confort »
ou d’un privilège.
Elles se convertissent ainsi au mal (ou reconnaissent dans l’idée d’un “gain” ou d’un droit sur la vie ; “mérite”, “salut” personnel … la vie dans leur esprit leur appartient, c’est un dû pour continuer à renforcer leur objet qui est rien sans avoir un contrôle sur ce qu’elles se suggèrent leur appartenir de droit et ainsi de fait).
Pour adorer, tenir à Satan. Ce qui fait que leur vie repose désormais sur l’objet.
Et cela sans que la vie de ces personnes, en ait pour autant réellement conscience. Il suffit pour cela qu’elles tiennent plus à leur vie qu’à la vie.

Pour voir le bien dans le mal, il suffit de tenir plus à sa personne qu’à la vérité.
La vérité qui ne permet pas de profiter de la vie sans voir le mal à cela (réagir, s’opposer … et ainsi voir le mal ou ne pas rentrer dans le jeu de satan, du “bien” sur terre ; du salut des hommes puisqu’ “il” est la raison même d’être sur terre).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>