Le plafond de verre

Le plafond de verre.

Le plafond de verre que l’on peut ressentir dans l’idée d’un je, serait donc notre salut ou la condition à notre chaleur humaine.
Car au-delà se serait contre productif (contre nature), tout en étant entraîné dans l’idée du contraire (de pouvoir sauver sa peau ou durer dans leur tête). Qui serait le fait d’être ôté du mal celui qui dans leur tête pour être en réalité sans âme (prêt à tout pour sauver l’idée d’être “en vie” ou leur place). Tout en étant entraîné dans l’idée de pouvoir réellement sauver leur peau (être réellement sans mal ou extrait de toutes conséquences à leurs actes du fait d’en être tout de même arrivée là). Le propre d’être alors damné ou sans pouvoir s’arrêter. Du fait d’être entraîné par des forces qui dépasseront l’énergie. Une énergie qui n’a pas renforcer son âme mais son égo afin de pouvoir entrer en connexion avec cette énergie ou suggestion (celle de pouvoir être et rester sans fin ; pour être ôté du fait d’avoir encore une âme ou de ressentir encore une chaleur humaine ou une considération  pour la vie … l’énergie n’est pas en rapport avec la carnation mais la suggestion d’être “sans mal”, c’est à dire ôté de toutes conséquences à ces actes pour ne plus être encore (en accord avec le) vivant, en vie ou terrestre (l’énergie ne se sent plus concerné par cela car ce n’est pas son sujet ou son ordre ; commandement … son “intérêt” en soi).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>