Modéliser, avoir à faire …

Le temps d’une vie
 >(
avoir à faire …
avoir du jeu et ainsi une prise,
c’est à dire le monde avec soi,
pour déplacer des lignes …
pour repousser les limites du possible,
de l’entendement
et ainsi changer d’air, d’état ou d’horizon.

Modéliser
l’espace et le temps
et ainsi le regard sur nous-mêmes
et par extension le monde (qui nous sommes, et ce dont alors, nous sommes capable de faire).

Nous nous mesurons au temps
et ainsi à nous-mêmes.
À ce que nous sommes capable de générer (de reconnaître) ; le temps … d’une vie (d’avoir encore à faire ; raison du monde ou raison au fond).

Être en « haut »,
avoir l’objet qui a eu raison de la personne,
converti le sentiment (et être ainsi à l’image de l’objet
qui a converti la personne)
pour être encore là « demain » (croire en leur histoire, chance ; avoir le change
c’est à dire convertir le monde à leur sujet pour être encore là « demain »).
Et non être en « bas »
c’est à dire sans influence
ou percer ça ;
voir au-delà de l’objet
condition à leur sentiment certes, de percer
mais ne pas traverser les apparences projetées
pour se donner raison
ou avoir le sentiment d’être encore « en vie » (là)
mais ne pas avoir traversé ça (la dimension tant physique que spirituel).

Saisir l’avenir,
le temps ou ce qui permet d’être ancré
et non étranger au monde (avoir encore un avenir, le change … de quoi).
Avoir du temps,
un lien et ainsi du ressort,
de quoi y croire (de l’espoir).

Reconnaître ça,
ce qui « tue »,
ce qui « dérange »
ce qui « contrarie » l’être dans son sentiment d’avoir …
d’être « bien » en l’état … du « pouvoir ».
Être « humain »
être sur « terre »,
et contrarier alors la personne,
dans son sentiment d’exister ; d’être belle et bien là
ou de maîtriser son avenir (ce qui s’invitera dans sa sphère ; je ou horizon).
Avoir du poids,
ce qu’elle veut des autres
pour continuer à se reconnaître (à relier être et avoir)
pour rester dans sa lumière
et ainsi mettre les autres dans l’ombre de sa lumière
pour rester sur « terre »,
pour « sûr » d’elle
c’est à dire dans le dure, le concret, le « réel »
et non être déjà perdu (sans pouvoir ou sans espoir ; déchu).

Influencer ça (les lignes)
sans passer par l’histoire (le jeu ou le monde).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>