Croire en quoi ?

Que faire … de sa vie (au sens et au fait d’être encore, là).

Cheminer vers quoi ?
Croire en ce qui n’existe pas
ou ce que l’on ne peut pas nommer (saisir)
ou croire en la matière ?
Le propre de dépendre du plan terrestre,
c’est à dire d’être « bien »
et de le conserver son « bien » à mort.
Pour être « bien » et cela sans fin.

Dépendre du plan terrestre,
de la matière,
de l’objet
… pour être réellement « bien »,
c’est à dire « salué » sans fin (toujours reconnu et en un sens prié en ayant non saisi ça mais en ayant eu raison, du monde).
Prendre des autres,
sans risque de perdre son « bien »
de sa « valeur » et ainsi la main.
Cette « main » ou emprise
qui ne révélera rien d’autre
à part des figures qui s’illustrent
avoir tout compris
du fait d’avoir eu raison de tout le monde,
sur « terre » (de jouer avec le feu, et cela les aura à la fin).

Entre saisi ça
et avoir raison du monde.

Entre croire en Dieu
et croire en l’autre …
à condition qu’il se laisse posséder
sans voir le mal
mais belle et bien un intérêt (sa vie)
et ainsi voir le « bien » (donner sa vie)
pour faire le “bien” (ce qu’il faut) afin de ne pas être “mal” (“échouer”).
Pour ensuite chercher à rester « en vie » ; c’est à dire « bien » sans l’être ou sans risque de perdre … leur “croyance”, “leur valeur” afin de continuer à « pouvoir et à « savoir ».

Et le sentiment qui est partagé par tout le monde sur “terre” (le propre d’être “universel”, d’avoir eu raison de tout le monde sur terre) fera tout pour ne pas perdre l’objet condition à son sujet. Sinon il perd ce lien être-avoir c’est à dire que le monde autant qu’une personne ne se reconnaît plus (ne ressemble à plus rien). Il a ainsi perdu ce qui lui permet de tenir à lui certes … mais s’en certes découvert malgré son entrain. Il a perdu ce qui lui permis d’être au “courant” de ce qu’il a à faire pour continuer à échapper à sa fin … à ça. Et que ça reste éloigné de soi à condition de voir le mal afin de pouvoir le tuer (rester “en vie” ; c’est aussi simple que ça). Des gens seront ainsi entraînés dans des histoires pour avoir leurs peaux. Ce sacrifice permet de renforcer le sort d’une personne sans la révéler du fait de la renforcer personnellement (pour améliorer son sort sur terre ou ses conditions de vie … ses “chances” de s’en sortir).

Qu’est-ce qui fera appel,
au sentiment … qui se figure « en vie »
sans avoir encore saisi ça
et ainsi s’être réellement découvert
malgré son entrain ou quotidien
pour ne pas perdre « espoir » (continuer à y « croire »).
Croire en quoi …
Dépendre de quoi avec le temps,
malgré le fait qu’il n’y ait pas de mal sur « terre ».
Comment une personne peut nier ça,
le fait d’être « en vie » ou sur « terre » …
afin de pouvoir être « libre » de faire
ce qui lui permettra d’être « bien » sans l’être,
et cela sans fin (comment, se faire avoir …).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>