L’essentiel du débat du 04 04 2017 (1/3)

-Élection présidentielle de 2017-

-Élection présidentielle de 2017-
…. À qui le tour ?
11 candidat(e)s postulent pour un emploi du temps chargé, qui changera forcément son quotidien (sa vie).
Pour ne pas manquer d’air ou alors, pour être à la hauteur de son engagement. Il y aura une histoire dans le temps ; celle de nos vies (et ainsi une implication, une trace … la nôtre).
1 “élu” qui pensera à lui ou qui s’efforcera à être à la hauteur de sa fonction (de la confiance acquise). 11 candidats qui gravitent autours de ce qui leur semblent important … très bien, mais encore faut-il en assumer la “charge”, être à la hauteur de leur ambition (engagement=responsabilité). Tout en sachant que la question de la France dans le temps, est le véritable enjeu de ces élections malgré l’idée qu’il y aura d’autres occasions.
2017, est l’année permettant à la France de prouver qu’elle s’est faire face au défi de son temps (qu’elle s’est s’adapter sans pour autant se perdre et faire face alors à la pression … même si cela semble impossible ou anormale ; ou possible mais sans saisir au fond, les véritables enjeux et au final être à côté de la plaque malgré l’idée d’être “bien” … du fait de suivre tout bêtement le courant … NE RIEN CHANGER malgré l’illusion d’agir). À force d’attendre, il y aura toujours une pression anormale du fait de ne pas avoir été efficace, compétant malgré les mots.
Après la question sera de savoir si la question de l’indépendance, de la souveraineté de la France était présente à l’esprit de ceux qui étaient pourtant censés l’incarner ou la représenter ?

En faisant face à son temps et aux défis qui s’imposeront à la personne qui exercera cette fonction … cette pression elle l’aura … pour redresser la France ou alors continuer à suivre le “courant”. Pour décevoir, pour ne pas alors, assumer la charge ou la pression malgré son impression de le pouvoir. Et prouver alors, ne pas être la personne qu’il fallait malgré l’attrait qu’elle avait pourtant ressenti à l’idée … Il est question de faire face au monde, d’en assumer la “charge” pour changer le cours de l’histoire ou du moins celle de la France (de cap).

Par définition l’élu ou “la personne qu’il faut” est censé voir ce qu’il y a faire pour être à la hauteur de la confiance acquise ou de l’attention demandée (pour ne pas décevoir, se moquer du monde dont elle a demandé la confiance ; c’est à dire “foiré” … au risque de devenir un ou une enfoiré en refusant de porter le chapeau pour la confiance ou l’attention portant sollicitée ; les vies perdues concrètement).

Au-delà de la suggestion de devenir quelqu’un d’important …. est-ce que les gens comprennent bien l’implication de leur engagement, de ce qu’ils demandent dans l’idée d’en être capable c’est à dire d’être la personne qu’il faut pour changer les choses, tout ça (la vie de tout le monde … le quotidien des gens) ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>