Voir le mal ou le bien … c’est n’est pas saisir les choses (sortir de la nuit) mais être influencé dans un sens

… être entraîné non pour se découvrir mais se renforcer dans un sens ou un autre (faire ou être dans l’histoire ; pour se perdre, changer en mal c’est à dire posséder tout le monde en les renforçant dans l’idée de leur offrir la “paix” et/ou la “liberté” voire la vie éternelle et non se découvrir, sortir de la nuit, de là … c’est à dire s’être révélé).

Ils sont mal, ils le savent.
Et si vous le voyez (vous les découvrez comme ils sont et ils font … vous les posséder alors, vous leur faite face pour les déranger forcément ; c’est à dire qu’ils font face, prennent conscience de ce qu’ils font et sont … pour redescendre ; perdre leur “pouvoir” si vous insistez. Car leur “pouvoir” dépend réellement d’être “libre” … de ne pas être vu comme ils sont pour continuer à posséder le monde et ainsi, que les gens restent dans leur “monde” ; convaincus …. entre leurs “mains” ou en leur “pouvoir”. Si vous vous découvrez au lieu de profiter de la vie et/ou de “gagner” votre vie alors vous les remettez leur place ou les enfermez pour de bon (… vous ne vous faites plus avoir, posséder en d’autres termes). Ou alors ils retrouvent leur esprit, revienne à eux-mêmes et ainsi retrouve leur raison d’être (véritable place et ainsi le véritable sens de la vie).

Cela va alors les déranger,
pour chercher à vous nuire, c’est à dire à se débarrasser de vous ou alors à vous posséder ; à se servir de vous (à vous changer)
pour qu’ils ne vous ont plus sur le dos (c’est cela qui les gênes, qu’une personne puisse se révélé, sortir de son je et ainsi le voir ou les stopper dans leur sentiment de “conquête” ou de “progression” qui consiste à changer le monde en “bien”).
Dans tous les cas,
du fait d’être mal,
ils ne seront pas là pour faire le bien ;
mais faire ce qui est pour eux,
le “bien”, ou devenu “naturel” ; leur “culture”, culte (c’est à dire ce qu’ils sont devenu mal,
et ainsi ce qu’ils font … ce qui leur rapporte ou ce qui leur renvoie la suggestion d’être du bon côté, ou de s’être “révélé” ; de faire le “bien”).
Le propre de se servir des autres,
afin de pouvoir continuer à « manger » à leur faim (à ne pas voir la fin).
C’est à dire à mettre en place un système afin de continuer à faire le plein d’essence ;
 le propre d’être intéressé ou d’être toujours content d’eux (et non encore sorti de ce qui a eu raison d’eux).

Une notion de soi
ou de « bien » qui sera là pour renforcer un pouvoir sur terre (une attraction)
au détriment alors du bien ou de ce qu’il faudrait faire. Il y a effectivement une raison au sens et au fait d’être en vie et pas dans le sens que le voudrait au fond une personne. Une personne une fois qu’elle prend conscience d’être en vie fera tout pour être protégé du “mal” et ainsi au final, le faire ; ou faire ce qui lui permettra selon elle, d’être “bien” et cela sans fin (le propre de changer peu à peu en mal pour le défendre).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>