Des personnes fières qui prennent de vous sans vous le reconnaître (abusent sans le voir)

Des personnes qui n’apportent rien au fond (vous ruine sans le voir ou le savoir).
Des personnes qui sont incapables de l’entendre
car elles sont convaincus de se donner du mal ; d’être formidable ou d’avoir réellement du mérite.
Un mérite qui consiste à avoir raison de vous,
pour leur permettre de garder leur place,
sentiment d’être leur vie.
Et ainsi finir par vous entraînez dans une histoire,
qui aura pour le coup,
raison de vous.
Vous vous sentirez mal (déprimé et/ou énervé)
sans arriver à vous l’expliquer,
car ces personnes qui vous vampirisent,
ont toujours une belle image (c’est à dire le bon rôle).
Pour être ainsi incapable de sortir de l’histoire
qui vous affect.
Vous êtes alors avec des personnes,
dont vous êtes très loin d’imaginer l’influence
qu’elles ont déjà sur vous.
Ces personnes n’ouvriront jamais les yeux,
car leur sentiment d’être “bien”
ou d’avoir confiance en eux,
provient de l’influence qu’ils ont sur vous.

Des personnes qui sont fier d’eux (pas du tout critique envers elles-mêmes),
qui ont le sentiment de mériter une médaille,
pour que votre vie leur profite au final
mais ils n’ont rien fait de bien au contraire (tout en sachant que cela n’a pas de sens sauf par vanité).
Et si les personnes auxquelles ils font face,
ne leur renvoient pas ce sentiment (pour renforcer leur je,
ou leur sentiment de l’être ; d’être une personne “bien”)
alors elles ne comprennent pas.
Ils s’affichent comme s’ils n’avaient rien à se reprocher (… au contraire)
et ne pas pouvoir alors, être critique (soi-même ; le voir)
et ainsi toucher à leur image (leur faire du “mal”),
pour se détacher.
Et du mal est fait ou a été fait.

Avec certaines personnes
vous ne pourrez pas avoir la reconnaissance,
la conversation pour qu’ils reconnaissent leurs torts,
ce qu’ils sont et ce qu’ils font (et ainsi descendre de leur piédestal)
pour avoir ainsi la paix (ne plus vous sentir déprimé ou énerver sans pouvoir plus vous l’expliquer).
La paix, celle que vous pourrez avoir,
si ces personnes entendent raison,
pour ne plus être prisonnier d’une histoire qui leur profite ;
et qui vous sacrifie en fait (peine, du fait d’être avec eux).
Une reconnaissance afin de pouvoir en prendre conscience (vous reprendre en main et ainsi sortir de cette histoire ; de leur influence … et ce n’est pas une question de distance géographique).

Du fait d’être mal,
désolé ou énervé vous êtes alors dans une histoire
qui profite à autrui.
Le propre d’être réellement mal ou perdu (c’est à dire désolé ou énervé ; sans vie ou ressort).

Sans reconnaître le mal fait,
ou les personnes qui vous plombe l’existence,
impossible pour vous alors d’en prendre conscience
et ainsi même de pardonner (de sortir de cette histoire,
celle qui vous peine).
D’une parce qu’ils n’ont pas de fond (ni d’âme, ni raison au fond) et de dépendre en fait,
totalement de l’emprise qu’elles ont désormais sur vous manifestement (sinon vous ne seriez pas désolé ou énervé sans savoir pourquoi) …
et tout cela pour ne pas perdre leurs vies (ascendant ou sentiment d’être “bien” ; de le valoir).
Mais le pire,
c’est qu’elles s’affichent devant vous comme si elles méritaient une médaille (et ainsi forcément nier le mal fait ou ce qui se passe ; du fait d’en jouer
ou que votre présence leur profite. Et ainsi jouer avec vos nerfs ou votre sentiment car vous êtes encore dedans, affecté … et surtout sans savoir cela).
C’est à dire que vous devriez leur dire, merci ou pardon (donner votre reconnaissance, vie).
Car ils s’affichent comme cela,
pour prendre une place importante dans votre existence,
pour ne plus vous appartenir avec le temps.

Pour alors, vous posséder réellement (vous êtes fait réellement avoir ; vous avez alors cédé sans avoir appris et ainsi sortir de cette histoire qui leur profite).
Ou alors être réellement mal (désolé ou énervé) du fait de résister personnellement
mais sans avoir pour autant entendu raison,
et connaissance du mal fait honnêtement ;
pour ne pas alors pouvoir encore ressortir de cette histoire (vous le vivez alors encore ; et je peux garantir que vous n’aurez pas conscience des personnes qui vous dépriment ou énervent car pour vous c’est encore inconscient … il n’y a donc pas de mal ; vous savez que vous n’allez pas bien mais vous êtes incapable de dire pourquoi).

Je précise que sans avoir compris cela (grandi)
vous serez proche de personnes qui vous renvoient réellement l’idée d’être là pour vous (que l’on tient à vous)
pour en réalité profiter de vous ;
et être ainsi avec des personnes
qui ne vous le reconnaîtront jamais …
la personne doute alors réellement d’elle (il y a ainsi une emprise sur elle)
elle se dit qu’elle se fait des idées ;
elle n’est pas sûr alors d’elle,
d’avoir raison (elle a peut être eu des doutes,
su instinctivement mais elle recule … se raisonne).
Et elle en sera de moins en moins convaincu avec le temps,
car “l’histoire” va dans le sens des personnes qui ressortent alors (ont pris le dessus sur elle) ;
c’est à dire qui l’entraîne dans une histoire,
un jeu (une réalité)
qui leur profite désormais réellement (plaît et sied avec le temps à pas mal de monde).
La personne qui profite de vous (inconsciemment)
c’est à dire qui a le bon rôle,
dira même,
qu’elle ne cherche pas de médaille ;
mais elle s’affiche comme tel,
c’est à dire qu’elle vous entraîne dans une histoire (se sert de vous)
pour lui permettre de ressortir comme cela ;
de se sentir “bien” (d’avoir le bon rôle).
Vous pouvez ainsi tomber malade pour lui permettre d’avoir ce rôle (d’apparaître dans votre vie pour jouer les sauveur) ;
bref vous vous sentirez mal sans pouvoir plus vous l’expliquer,
en revanche cela donnera de la matière au sentiment qui a alors raison de vous (se sert de vous pour avoir de la matière).
Car elle s’entêtera et elle s’occupera de vous
pour ne pas perdre la place,
l’influence qu’elle a réussi à avoir sur vous (votre histoire ne vous appartient même plus avec le temps ;
et vous ne vous appartiendrez même plus).
La personne ou les personnes qui ont cette emprise sur vous,
n’apporte pas de matière,
elle sont seulement égoïste ;
amoureuse de leur personne ou de l’emprise qu’elles ont sur vous (elles se sentent “proche”).
Et réussir aussi à faire croire à leur histoire,
c’est à dire à faire plier le monde dans leur jeu (pour renforcer leur présence,
nourrir leur je).
Pour ne pas perdre selon elle,
leur vie
ou devrai-je dire la face ;
leur sentiment d’être leur vie (d’être leur personne,
là pour vous,
d’être “saints”, “innocents”
et ainsi nié le mal fait … ce qu’ils sont et ce qu’ils font).

Lorsque vous avez une personne sans fond,
qui a reposé sa vie,
sur l’idée de l’être …
alors elle refusera d’entendre raison ;
car sinon elle perd la face,
c’est à dire sa vie ou devrai-je dire l’emprise,
qui lui a permis d’être “bien” (de “s’en sortir” jusque là … en prenant sur vous, de vous) ;
c’est à dire pour préserver la conscience qu’elle avait d’elle-même (et ainsi raison de vous).

Dès qu’une personne boit dans la “coupe de la vie” (est dans l’ego)
cela la dépasse alors,
tout en étant convaincu du contraire ;
car elle ressent un pouvoir,
qu’elle ne saurait sinon avoir.

Elle ne lâchera pas,
elle ne vous lâchera pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>