Ça est ce qui est dans l’air de là à ce que ce soit fait c’est à dire là (concrètement ou de fait).
Et il y a le « soi », c’est à dire le sentiment qui passe par l’objet ou le monde en se manifestant personnellement ; en disant Je pour arriver à ses fins (ou en d’autres termes « réussir » à tirer la couverture sur « lui » pour renforcer son Je. Tout en considérant qu’il y a, une seule couverture).

Le sentiment est relié à ça.
Quoi qu’il fasse
permet
ou réalise,
il se sert de ça,
qui devient avec le temps,
concret.
Pour que ce qui était inconscient (« innocent »)
devienne conscient,
non pour se réaliser en soi,
et le réaliser ça,
mais belle et bien réaliser
ce qui sera SA vie (ou son Affaire ;
sinon être “irresponsable”
ou sans reconnaissance).
Avec un « début »
et une « fin ».
Puisque ça n’a pas été réalisé
et ainsi ne pas s’être réalisé en soi.

Ça est le temps (l’intérêt, le “bien” qui ressort) Continuer la lecture de «  »