Le voile des finitudes

Une fille lorsqu’elle se lâche
elle vous pique
pour verrouiller
ou avoir son homme.
Elle a ainsi ça,
à travers l’objet
celui qui lui plaît
ou qu’elle aura choisi,
d’instinct
pour se reproduire
(pour être « bien »)

il y a ça,
la part animal en elle,
et le soi,
l’énergie (le sentiment).

Et à travers ça,
il y a le temps
celui qui passe par l’objet
celui qui leur a plu
et qui permet au sentiment
de se figurer ça (d’avoir à faire) ;
à condition de l’avoir
de continuer à l’avoir
sinon ça lui échappera,
et il n’aimera pas ça.
Pour se le faire vivre,
ou le faire vivre.

Il faut saisir,
que le sentiment se cale
sur ce qu’il considère
être à lui (aimer)
pour se fixer (ressortir personnellement)
et se distinguer des autres.

Non pour le réaliser ça,
mais belle et bien avoir raison des autres,
condition pour garder son calme
ou ce qui lui permet de l’être.

Sans l’être au fond,
tant que cela.

Ils aiment ça.
Ça est pratique,
quand ça lui revient (quand ça va,
personnellement parlant).

Ils ont ce qu’ils veulent,
donc il n’y a plus de mal ;
ils se font alors une raison,
tout en étant sur terre.

Ils oublient ainsi leur condition (l’ont-ils déjà eu au moins une fois conscience de leur condition?!)
en ayant cette influence là,
non pour être critique à ce sujet,
mais au contraire être pas peu fier
de leur « réussite ».
Et si ça ne « marche » plus,
ils vont changer d’objet (d’af-faire,
et/ou d’endroit)
pour que ça aille « mieux ».

Jusqu’à ce qu’il n’y ait plus personnes sur terre …
dans ce sens ou avec cette intention ;
celle d’être « bien » (personnellement)
et cela sans risque de connaître de fin (de freins ;
de « perte »).

Réalisez que le monde «change »
pour Continuer la lecture de Le voile des finitudes

Inconsciemment, on oublie (on s’oublie) pour se dire que c’est “passé” (que ça va aller)

Inconsciemment on oublie
pour « dire » que c’est passé.

Pour se dire que c’est fini
et on « avance » ainsi comme ça
… dans notre tête (« dans le temps »
celui des autres. On se figure ça).

On stocke l’information
ou devrai-je dire on écrase l’information
dans l’idée de faire table raz du « passé »
et/ou d’« avancer » Oui,
mais que dans notre tête
pour arriver à un moment au bout,
du fil.

Il n’y a plus d’essence (de soi).

Ou disons que … OUI
mais elle est dans ce qui est « passé ».
Et rien a pris,
pour se ressourcer
ou se mettre « dedans ».

Et il y a aussi un blocage
celui qui arrête le sentiment,
celui qui interdit au sentiment de revenir en arrière
pour ne pas se « trahir » (devenir pathétique
ou vraiment relou
pour ne pas dire chelou).
Revenir « réellement » en arrière
pour que ce ne soit pas passé
mais revécu !

Or il faut revenir en arrière
pour récupérer Continuer la lecture de Inconsciemment, on oublie (on s’oublie) pour se dire que c’est “passé” (que ça va aller)

Fiction ou réalité (probabilité)

Lorsque la preuve d’être « bien »
voire d’exister
ce sont en fait les autres
qui le permettent …
Est-ce louable
ou si bien, en fait ?

Lorsque des personnes
n’ont pas la paix
sans tirer profit de leur entourage
ou avoir cette influence là …
Est-ce bien ?

Lorsque les options
sont soient
– d’être conquis
– d’être perdu
ou
– d’être plus là …
Est-ce Juste ? Honorable.

Pour moi,
il y a le « soi » ;
le sentiment qui se cherche dans la densité (le « noir »)
afin de pouvoir se fixer (voir le « jour » ou réaliser ça
pour se mettre en jambe
se mettre dedans et non être à l’ouest
… s’en rien produire).

Lorsque des personnes se donnent du « mal »
c’est à dire qu’ils sont à l’Origine d’histoire,
non pour apporter de la matière et du sens,
mais pour exploiter (la “ressource” ; ce qui est “en vie” et/ou posséder les gens,
sans que cela ressorte comme tel …)
Est-ce bien,
est-ce morale ?

Ressortir comme étant « bien »,
comme ayant du « mérite »
dans l’histoire qui se passe
et/ou dont ils sont à l’Origine,
pour continuer à s’en sortir capable
pour continuer à sentir une « confiance »
une « importance »
qui provient de cette influence là …
Est-ce exemplaire ?

L’objet celui qui les concentre
ou définit en tant que personne,
leur profite … OK (leur sert)
mais Continuer la lecture de Fiction ou réalité (probabilité)

Profiler

Le profil psychologique du frère

j’ai de la matière
un vécu,
et il faut que j’arrive à le cerner,
ou que ça puisse coller
avec ce qui m’échappait
encore à l’époque.

Ça n’allait pas,
ou disons qu’il n’est pas
ce pourquoi il se prend ;
ce pourquoi il a eu raison du monde
ou plier les choses dans son sens,
de là !
À avoir eu réellement raison des autres ;
c’est à dire avoir été au centre
ou entre ses mains.

Il a fait la pluie et le beau temps
c’est à dire qu’il y a eu cette influence là (anormale)
non pour le reconnaître
mais en jouir.

Je le reverrais toujours,
content (fier)
de sa connerie.
J’ai de la matière (du vécu)
pour le travailler.

Mon père commençait à disparaître en 1995
et en 1998 ça en était fini de lui.
Et j’ai toujours été étonné
de l’attitude du frère.
Il n’est jamais vu venu m’en parler (au contraire).
C’était anormal.

Et pendant les événements,
sur le tard
aux alentours de 2015
je lui ai dit …
qu’il se donnait une importance
qu’il n’avait pas.
C’est à dire que je n’arrivais pas encore à le cerner ;
j’avais un problème avec lui,
mais je n’arrivais pas pour autant,
à le cerner.

Il avait une influence sur les autres,
qui sortait de l’ordinaire
mais Continuer la lecture de Profiler

Le Grand Architecte

Le Grand Œuvre et/ou la Création

Créer.

Faire, générer …
Ré-générer.

Moi, ça me sidère.
La maîtrise + le nombre de vies pour le sortir de “terre” (de rien).

La vie (le nombre de vies)
captivée pour le réaliser
ou s’en approcher (toucher du doigt le ciel
et/ou tutoyer les étoiles)
sans le réaliser au-delà de l’objet
pour avoir raison du monde
et non de ça.

Le temps et l’énergie
et ça a traversé les siècles
afin de pouvoir le “voir”.
Et les personnes responsables
ou à l’origine de ça,
ne sont plus là.

L’œuvre
la création de l’Homme
à traversé les siècles
sans que ceux qui en sont à l’origine
de cette œuvre soit encore là.

Il y a bien une chose
qui leur échappe,
malgré leur œuvre
ouvrage
ou affaire
pour Continuer la lecture de Le Grand Architecte

Se dévoiler ou … Se figurer ça (avoir cette influence là)

Faire SA vie (vieillir)

J’ai remonté le fil de mon histoire,
pour être dans les émotions passés
pour comprendre mon présent (changer mon futur voire le futur ; ça).

Et il y a effectivement une décision
en 1999
celle de faire mon trou
de réussir
pour faire table raz du passé.

Dans l’idée de grandir.

Et faire son trou
= grandir
revient à mettre de côté
ce que nous étions (enfant)
pour selon nous,
grandir (s’assumer).

Je me suis ainsi coupé
de mon moi passé (de ma ressource passée)
dans l’idée de grandir ;
et/ou Continuer la lecture de Se dévoiler ou … Se figurer ça (avoir cette influence là)