Mécanisme inconscient

Le sentiment peut se protéger de là à ne plus être conscient de ce qui se passe pour ne plus être touché (affecté). Un mécanisme inconscient qui provient du fait que le sentiment n’aime pas ce qu’il voit, entend, fait … qui le met en contact avec une réalité qui le dérange. Manière inconsciente de dire qu’il n’aime pas, qu’il n’assume pas ou qu’il ne s’en chargera pas (qu’il ne veut ou ne peut pas donner de lui ; donner le change, se mettre dedans et ainsi se manifester).
Cette distance, le sentiment le vit lorsqu’il a à faire également une chose qu’il ne comprend pas ou alors lorsqu’il fait une chose sans chercher réellement à comprendre (mécaniquement).
Une distance qui renvoie à la personne, la suggestion d’être « forte », d’être « bien » du fait de ne plus être touché (sensible). Il est important que la personne ait conscience du danger. Car si la distance, si la personne ne comprend pas ce qu’elle fait, si elle n’aime pas, si elle a peur … elle peut se déconnecter de la vie, de la réalité et être ainsi sans pouvoir refaire surface (dans de “beau drap” malgré son sentiment au départ que ce n’est pas grave).
Avoir les pieds sur terre semble naturelle, or bien des personnes se sont perdues dans le temps ; ne sont pas revenues à elles, après s’être coupé d’elles-mêmes (déconnecté de la réalité, sans voir le danger mais au contraire un “pouvoir”, une “force” ou le “bien”).

Par défaut, ce mécanisme permet au sentiment de se « protéger », pour ne pas avoir à donner de lui (sa vie) et ainsi être là.
Vu de l’extérieur, la personne pourrait paraître … pour certains, comme mystérieuse (ce qui peu attirer) ; mais aussi comme étant introverti.

Ce mécanisme permet de prendre de la distance tout comme, de perdre conscience. Une personne le vit également lorsqu’elle ne comprends pas ce qui lui arrive, ce qu’on lui dit ou ce qu’elle doit assumer (prendre « en charge »). Cela peut venir aussi face, à une peur … celle d’aimer (de donner de soi, de se découvrir personnellement). Et ainsi de ne pas être à la hauteur … d’être rejeté. C’est à dire d’avoir mal ou d’être touché par le monde (ce qui est extérieur à elle) touchera le sentiment qui est encore figuré (en vie et ainsi pas sorti de son je, “de l’auberge”).
Le sentiment sans s’être découvert, aura autant peur du regard des autres, que de perdre sa vie (ce qu’il se figure).

Il est question en fait, du sentiment et de son image. C’est à dire de ce que deviendra la personne, touchera la personne dans le temps. Puisqu’elle le vivra ; une histoire aura ainsi, raison de lui. Et si ce n’est pas le cas, le temps la rattrapera  (elle est ainsi « en vie » et non « morte » ; dans le visible, le dure, le conscient et non ce qui est encore pour elle, inconscient).

Le mal ou la conscience du mal, provient des liens. Et ces liens permettront de lire en nous … de définir qui nous seront dans le temps ; c’est à dire de définir le sens de la vie, le monde et ainsi ce que nous deviendrons (notre futur, notre rapport au temps et ainsi aux autres).
Si le sentiment ne saisit pas le temps, c’est à dire qu’il reste attaché à sa personne … qu’il reste dans l’objet (figuré), alors il est mort. Raison pour laquelle je ne comprends pas l’engouement du monde, à tenir autant au capitalisme (ce qui le tue tout en lui renvoyant l’idée d’agir pour son “bien” ou son “intérêt”).

À Rouen, le ras-le-bol d’un médecin généraliste verbalisé

YR 2
Lien article

 

Je rebondis sur l’article, pour “aligner” l’actuel Maire de Rouen. Je ne sais pas comment ils font (s’ils se servent de la vidéo surveillance ou alors c’est vraiment le hasard … “faute à pas de chance”) … deux fois je vais chercher mon pain (je ne suis pas en double file) et après m’être garé, en même pas 5 minutes, je reviens … j’ai une contravention.
C’est devenu un sport (je n’ai jamais connu cela). Même chose en bas de chez moi, il y a quelques mois … dans une voie sans issue qui mène au parking souterrain, des voitures se sont garés tout le long (dont la mienne, car il n’y a pas assez de places pour tout le monde) … et bien ils ont réussi à passer deux fois le soir. Et lorsque j’ai vu le papillon sur le pare-brise en fait ils étaient déjà passer une 1er fois, la semaine d’avant (sauf que je n’avais pas de papillon). Ce qui fait que j’ai eu deux contraventions car j’ai réagit forcément … lorsque j’en ai eu conscience (j’ai eu le papillon sur le pare-brise). Cela fait un moment que je connais les lieux (il n’y a jamais eu de contraventions en bas de chez moi … et pour cause c’est un lieu d’habitations qui est connu pour le manque de places de stationnement).
Pour les deux que j’ai eu à Rouen, cela provient de la municipale et ainsi d’yvon robert (actuel maire de Rouen).
Quant à ceux qui j’ai eu sur ma commune, lorsque je suis allé à la mairie pour me renseigner … les contraventions provenaient en fait de la police nationale (je ne dirais pas ce que j’en pense, mais venir le soir dans un quartier calme pour aligner des voitures dans un endroit où il n’y a pas assez de places de stationnement … ça été noël pour eux, ils se sont fait plaisir ; un malin plaisir).