Analyse d’Ethienne Chouard sur la manipulation des médias par rapport aux terroristes

http://monnaielibre.creationmonetaire.info/wp-content/uploads/2012/08/Etienne_Chouard.jpeg
Lien

La seule guerre, est celle contre les banques et les multinationales.

Il faut que ces organisations soient extraites de l’ombre pour faire face à la lumière des gens. Pour qu’ils soient ainsi jugées ou extraites de toutes influences sur les activité humaines, c’est à dire mis hors d’état de nuire. Mais pour cela
il faut s’en donner la peine et non jouer leur jeu … ce qui se passe ENCORE.
Là, les événements présents font le jeu de la finance et des multinationales (ni plus, ni moins). Les choses changeront lorsque le monde mettra fin au capital.
C’est à dire qu’il reviendra sur son histoire, celle qui profite à ceux qui sont aujourd’hui à la tête du monde (et qui tend à une gouvernance mondiale).

Pourquoi veut-on abolir l’argent liquide ?

Pourquoi veut-on abolir l’argent liquide ?
Lien

 

“…Autrement dit, obtenir le « citoyen transparent » : Big Brother sait tout ! Ce que l’émission ne mentionne pas, c’est que le « citoyen transparent » pourrait servir, avant tout, au but de construire un ordre mondial dictatorial, dans lequel tout moyen d’existence peut être retiré aux dissidents par simple pression sur un bouton.…”

orchine-300x192
Lien

CI DESSOUS ARTICLE DE RÉSEAUINTERNATIONAL.FR (lien ci dessus).


” …

Les organismes de la gouvernance internationale impérialiste

Le FMI et la Banque Mondiale ont été constitués à la fin de la Seconde Guerre Mondiale dans le cadre d’une entente appelée les Accords de Bretton Woods (1944). Ce sont des ententes mises sur pied par le grand capital financier occidental pour l’assister dans son expansion mondiale (vers l’Asie et l’Afrique), afin de mettre les bourgeoisies nationales de ces pays « émergents », ainsi que celles des pays qui seraient bientôt en reconstruction (Europe), sous la botte du grand capital multinational. Le FMI et la BM ont été créés en tant que pendant financier de l’OTAN sur le plan militaire, de l’ONU sur le plan politique, et du CPI sur le plan juridique. Le tout constituant une structure de gouvernance chargée d’organiser l’hégémonie de la première économie capitaliste sur l’ensemble de l’impérialisme mondialisé.

Ces organismes financiers internationaux, inféodés à la classe capitaliste occidentale, étaient du type « police du fric » et leur mission spécifique consistait à forcer les bourgeoisies nationalistes des différents pays pseudolibérés (2) à rejeter le fardeau de la crise économique d’après-guerre sur le dos des classes ouvrières, paysannes et petites-bourgeoises nationales (ce qui comprenait les petites bourgeoisies eurocommunistes ainsi que d’autres comme ces communistes indonésiens que Soekarno le « non-aligné » fera exécuté, etc.). Les armées alliées avaient ordre de soutenir militairement cette stratégie économique adossée au Plan Marshal étatsunien. L’équivalent du Plan Marshall sera mis sur pied du côté soviétique.

C’est par cette stratégie tous azimuts – planifiée depuis l’Occident par la puissance impérialiste américaine (et par l’URSS du côté du Comecon) que le grand capital international assura son expansion finale sur l’ensemble de la planète, prenant pour l’occasion les noms de « mouvement de décolonisation et de lutte de Libération nationale antiimpérialiste, et de Révolution de démocratie nouvelle » (sic), c’est-à-dire, un mouvement de libération des anciennes puissances impérialistes européennes remplacées par le duo É.-U. – URSS. Ce à quoi la Chine « maoïste » allait bientôt s’opposer, réclamant sa part du gâteau des pays capitalistes « non alignés » dans l’esprit de Bandung et de la Tricontinentale (3). Les guerres de Corée et du Vietnam ne furent rien d’autre que le résultat de cette concurrence entre grandes puissances pour recruter les bourgeoisies nationalistes des pays en voie de développement, que l’on appelle maintenant pays « émergents ».

Pendant cette période trouble sur le plan économique et politique

Le FMI, la BM et d’autres organisations financières internationales avaient pour tâche de soutenir et de maintenir le taux de profitabilité du grand capital international pas exclusivement étatsunien, mais de tout le capital international imbriqué en un tout concurrentiel globalisé, ce que les altermondialistes, les « démondialisateurs » et les euros sceptiques découvriront cinquante années plus tard. Ne pas oublier qu’à cette époque l’impérialisme était en pleine expansion, d’abord vers l’Amérique latine et vers l’Asie, et ensuite vers l’Afrique. Maintenir le taux de profitabilité se révéla une tâche impossible à réaliser. Les lois inhérentes au mode de production capitaliste empêchaient l’atteinte de cet objectif de produire toujours plus de plus-value pour assurer la profitabilité des investissements en utilisant de moins en moins de capital variable – vivant – unique source de plus-value, et c’est ici que nous allons aborder la question de l’or international et des monnaies nationales.

Les Accords de Bretton Woods (4) régulaient strictement l’échange des monnaies, dont la « monnaie » universelle – l’or – que les capitalistes internationaux avaient la prétention de contenir et d’asservir. Ainsi les Accords prévoyaient que le dollar américain serait de facto la monnaie privilégiée du commerce international, mais à la condition que cette devise soit convertible en « quasi-devise » or. Cependant les Américains, entrevoyant les problèmes, exigèrent que cette convertibilité soit fixée à 35 dollars US l’once d’or. L’économie mondiale s’accroissant, le commerce mondial se démultipliant, alors que la quantité d’or sur le marché n’augmentait pas assez rapidement, le déficit commercial étatsunien eut tôt fait d’emporter les réserves fédérales américaines (comprenant l’or allemand stocké à Fort Knox). En 1971, le Président Richard Nixon baissa les bras et décréta que le dollar n’était plus convertible en or et que la valeur de la devise américaine allait désormais flotter au gré des marchés boursiers, ce qui de facto libérait la valeur de l’or qui retrouvait (ce qu’elle n’avait jamais perdu en réalité) son rôle de monnaie de réserve internationale. S’en suivit un renchérissement de la valeur de l’or (valeur refuge) qui ne finit plus de gonfler telle une baudruche, ce qui devrait se poursuivre jusqu’à la prochaine grande dépression.

La monnaie de réserve – la monnaie or

Dans une économie de marché, de types capitaliste ou soviétique, le rôle d’une monnaie est toujours de faciliter les échanges de marchandises. Une monnaie sert d’intermédiaire entre les marchandises en représentant adéquatement le quantum des forces de travail utilisées (investi) dans la production d’une marchandise, et la somme de toutes les marchandises disponibles sur le marché. La quantité de monnaie en circulation ne devrait jamais dépasser la valeur sociale totale des marchandises disponibles (produites) sur les marchés, sinon la monnaie sera dépréciée – c’est l’inflation – ou la valeur des marchandises va s’effondrer – c’est la déflation –. La surquantité de dollars, y compris sous forme de crédits (qui n’est que l’anticipation d’une valeur à réaliser), répandue sur les marchés est telle que la valeur du dollar, et des autres monnaies comme l’euro et la livre sterling, périclite alors que l’or, la quasi-monnaie de réserve de plus en plus rare (relativement) grimpe en flèche. Ce que notre correspondant constate en observant les indices boursiers.

orchine-300x192

De plus en plus de dollars (d’euros et de yens et de yuans) sont à la poursuite d’un stock d’or limité. Attention toutefois, la valeur de l’or monte relativement à la valeur des devises qui descend, ceci signifie qu’il faut de plus en plus de dollars (euros, livres, francs, yuans) sans valeur pour acheter une once d’or ! Est-ce vraiment un renchérissement de la valeur de l’or ou un dépérissement inflationniste de toutes les monnaies ?

Pour conclure

Que devons-nous conclure de tout ceci ? La montée de la valeur relative de l’or signifie que la crise systémique du capitalisme s’intensifie et qu’elle entrainera un immense krach boursier international – les indices boursiers soufflés se réajustant à la valeur réelle de la quantité de force de travail social réellement investi, valorisée et spoliée aux ouvriers –. C’en sera fini alors des hyperprofits bidon issus de la spéculation boursière, immobilière et aurifère. Ceci ne sera que le premier acte de la tragédie des milliardaires et des millionnaires en faillite. Suivront la dévaluation de toutes les monnaies – la déflation – le chômage de masse – les fermetures d’entreprises, les technologiques et les banques en premiers, les autres par la suite. Sauveront une partie de leurs acquis – mal acquis – ceux qui auront stocké de l’or physique (5), dont les cours, s’envoleront. Le capital mondial atteindra des niveaux de concentration incroyable – des millions de riches perdront leur fortune de pacotille, et seuls en réchapperont ceux qui possèderont des réserves d’or, mais à une condition cependant !  À la condition que cette très Grande Dépression ne donne pas lieu au renversement du mode de production capitaliste – et à son remplacement – et que ce système moribond se maintienne sur les lieux de son crime, redonnant au marché, à l’or, et à l’esclavage salarié leurs valeurs d’antan. Pour ceux qui ne le savent pas, les capitalistes russes et chinois sont les premiers producteurs et les premiers thésaurisateurs d’or au monde. Quelles puissances impérialistes selon vous sortiront vainqueurs de ce bras de fer monétaire ?

orchina-300x195

Si après cette autre crise tout redevient comme avant, tout recommencera comme d’antan (après la Première et la Seconde Guerre mondiale). Il appartiendra au prolétariat révolutionnaire international de faire en sorte de trancher le nœud gordien et de construire un nouveau mode de production non marchand. De grâce toutefois, tenez loin de nous cette gauche bourgeoise sectaire, dogmatique et réformiste qui ne comprend rien à tout ce cirque.

or2


Il n’y aura pas de seconde Révolution américaine – La Futilité d’une révolte armée

94636796
Lien

 

“…offrent un avant-goût de la manière dont le gouvernement a l’intention de traiter tout individu ou groupe qui oserait sortir si peu que ce soit du rang : ceux qui s’y risqueront seront censurés, bâillonnés, espionnés, embastillés, intimidés, « interrogés », fichés, filés, marqués, mis en joue, arrêtés, retenus en garde à vue, détenus, mis en accusation et jugés coupables…

…Des rapports ultérieurs du ministère de l’Intérieurétablis pour identifier, surveiller et ficher les militants de droite, de gauche et les anciens combattants comme « extrémistes » (i.e. terroristes), se sont concrétisés en véritables programmes de surveillance préventive [« pre-crime » NdT] de ces catégories. Un peu moins d’une décennie plus tard, après avoir verrouillé la nation et dépensé des milliards pour combattre le terrorisme, le DHS a conclu que la plus grande menace ne venait pas de l’ISIS mais de l’extrémisme de droite national….

… Tout cela s’est mis en place sous notre nez, financé par nos dollars de contribuables, sans qu’il y ait eu le moindre tollé citoyen…”