Ça c’est ce qui arrive quand on veut aller trop vite,
forcer les choses,
on tombe dans le vide
car rien n’est encore arrivée
pour permettre à une personne d’avancer dans sa tête,
c’est à dire d’avoir raison du monde,
pour renforcer son pas
et ainsi son je (influence sur “terre”) …
et cela malgré l’envie (le besoin d’avancer,
d’y croire c’est à dire de ne pas se sentir arrêter
dans son élan,
tête).

Avoir envie ne suffit pas,
faut-il avoir encore raison au fond,
et non forcer les choses (raison de tout, sur tout … des autres).

Sans ça,
avoir raison du monde,
influencer les choses (se manifester sur “terre”, rester “en vie”, “en forme”)
ils sont mort ;
tombent dans le vide.
Ils vont trop vite ou trop loin sans le savoir (voir).

Dans le monde, ils sont en vie,
à condition de garder un lien avec ça ;
c’est à dire ce qui leur permet d’être encore “en vie”
d’y croire
et non d’être “mort” (à l’arrêt ou fini).

C’est seulement une image
mais cela représente bien le sort d’une personne ;
c’est à dire du sentiment qui se figure ça … être en vie,
et lorsqu’il perd le sens des réalités (tout en sachant que ce sera seulement ce qui lui permettra de tenir à lui dans sa tête)
et ainsi ce qui lui permet de se manifester
alors il perd le nord
il déraille
et matérialiser alors concrètement sa fin ;
faire une bêtise
tout en étant persuadé du contraire (d’être “fort” ou d’avoir “raison” et alors … forcer les choses ; aller trop vite, trop loin).

Ça,
le fait d’être “en vie”
est une procession (un changement d’état)
et ça prend du temps ;
malgré l’envie pour une personne,
de se sentir sans limites,
pour se croire alors plus “fort” que ça. C’est à dire être déchargé de ce “poids”
de cette “gravité” (“charge”)
celle d’être présent,
c’est à dire “en vie” ou sur “terre”.

Ça ne se commande pas,
malgré l’ascendant pris
pour permettre à une personne de le penser (d’un peu trop s’y croire, le propre d’aller trop loin, sans le voir).

Ça tue.

Et comme certains retiennent les choses dans un sens pour que la vie leur profite, les autres (ce qui ont rien ou qui sont en leur pouvoir) se battront contre ça, inconsciemment. Pour avoir une chose … de “bien” qui leur arrive (ce sera la preuve concrètement d’exister). Ce que les autres ne toléreront pas, car désormais le monde leur appartient dans leurs têtes. Ils sont réellement sans limites ou incapables de s’arrêter dans leur élan (ce qui leur prend et qui tend réellement, à s’étendre sur toute la surface du globe … à avoir raison des autres; tout simplement).

Dès qu’il ont une chose qui leur prend c’est à dire qu’il y a une chose qui se passe dans le temps (pour être dedans, animé). Ils sont dedans et après ils ne peuvent pas eux-mêmes se l’expliquer si ça s’arrête. En revanche je peux garantir que lorsque ça leur prend, ce n’est pas grâce à eux que ça s’arrête. Il y aura concrètement des vies qui s’engageront de là à la risquer pour que le sentiment qui se figure une “réussite” lâche ça.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.